Bel ami, guy de maupassant, retour au pays natal, deuxième partie, chapitre 1

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1455 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
BEL AMI, Guy de MAUPASSANT
Retour au pays natal
Deuxième partie, chapitre 1
Depuis « C’étaient deux paysans… » à « … elle qui ne rêvait pas d’ordinaire ? »

Guy de Maupassant (1850-1893) est né au château de Miromesnil, puis il grandit principalement à Etretat, en Normandie. Ecrivain du mouvement réaliste, il fait souvent référence à sa terre natale dans ses œuvres comme le romanPierre et Jean qui se déroule au Havre ou la nouvelle Le Horla. Son roman Bel-Ami, publié en 1885, raconte l’irrésistible ascension parisienne de Georges Duroy, un jeune homme originaire de Normandie. Dans cet extrait, Duroy vient d’épouser Madeleine Forestier et l’emmène en voyage de noce chez ses parents à Canteleu, près de Rouen. Maupassant y raconte le retour aux sources de Duroy et décrit lesmœurs du monde rural, complètements opposés à ceux du monde parisien.
C’est l’occasion de voir comment Duroy vit ce retour au pays natal.
Nous analyserons d’abord les sentiments éprouvés par Duroy, puis nous étudierons comment Maupassant délivre sa vision négative du monde rural. Enfin, nous examinerons la tension qui existe entre les deux figures féminines majeures de l’extrait.

I/Retour au pays natal

1- Les sentiments de Duroy
➢ sentiment de bonheur : champ lexical de la joie « riant », « content »…
➢ euphorie permanente, qui dure : temps imparfait à valeur durative « était », « marchaient », « ornaient »…
➢ attitude et parole de Duroy : dans son excès de bonheur, il crie « cria », il reprend le patois normand « c'est moi, la mé Duroy! », il embrasse sur les deux joues « l'embrassa sur les deux joues », il ne cherche plus à paraître
➢ joie de retrouver son pays « grisé par l’air natal »
➢ « tout », « toutes » ( traduit son élan
➢ phrases rapides, énumérations « Il la fit entrer par la porte de droite dans une pièce froide, carrelée, toute blanche, avec ses murs peints à la chaux et son lit auxrideaux de coton. »
➢ relation père/fils : nombreux points communs l’argent, les belles femmes, les plaisanteries

2- Les sensations
➢ les 5 sens : chez Duroy les sensations sont liées aux souvenirs.
➢ la vue : « toutes les choses d'autrefois revues », « une marque de couteau », « des lieux familiers »
➢ l’odorat : « des odeurs de sol », « les senteursdu logis, du ruisseau, du fumier »
➢ l’ouïe : « le grand souffle de résine et d'arbres venu de la forêt voisine », « une chaise boiteuse »
➢ les sensations ne sont pas ordonnées, c’est u jaillissement spontané
➢ chez Maupassant, c’est la sensation qui fait le souvenir

II/ Une vision négative du monde rural

1- La description des parents
➢ stéréotypedu couple normand du XIXe siècle : mari paresseux, coureur de jupons ; il s’oppose à la mère Duroy, travailleuse et revêche
➢ adjectifs qui servent à les caractériser : lui « petit, trapu, rouge et un peu ventru » ((excès de nourriture et d’alcool) ; elle « grande, sèche, voûtée, triste », vie de sacrifice et de travail confirmée par « la vraie femme de peine des champs qui a travaillédès l'enfance »
➢ détail réaliste : « une casquette à la mode de Rouen, en soie noire, très haute, pareille à celle des marchands de bœufs »
2- La description des mœurs

➢ champ lexical de la campagne : « campagne », « campagnard », « masures de fermes », « en argile », « de chaume »
➢ anaphore et parallélisme : « On arrivait au village, un petit village enbordure sur la route, formé de dix maisons de chaque côté, maisons de bourg et masures de fermes, les unes en briques, les autres en argile, celles-ci coiffées de chaume et celles-là d'ardoise. »
➢ Maupassant insiste sur la petitesse et la simplicité avec les énumérations : « une pièce froide, carrelée, toute blanche, avec ses murs peints à la chaux et son lit aux rideaux de coton » ...
tracking img