Bel-ami, les huitres d'ostende

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1667 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le Roman, TEXTE N°2
EXTRAIT : LES HUITRES D’OSTENDE…(I,5)
Guy de Maupassant, Bel-Ami, (1886)

INTRODUCTION : Maupassant est considéré comme l’un des plus grands écrivains réalistes français. Ses quelques romans comme Une Vie ou encore Pierre et Jean et ses nombreuses nouvelles dont Le Horla montrent de lui une force réaliste ainsi qu’une très grande maîtrise stylistique. Reconnu de sonvivant, le réalisme est, pour lui, une vision personnelle du monde qu’il cherche à nous communiquer en la reproduisant dans un livre.
L’extrait qui nous est ici proposé est tiré du roman emblématique Bel-Ami (1885), c’est une œuvre romanesque qui retrace l’ascension fulgurante d’un arriviste nommé Georges du Roy, il parvient à atteindre le sommet de la pyramide sociale parisienne grâce à ses talentsde séducteur et de manipulateur. Cette ascension peut être interprétée comme une allégorie de la propre ascension de Maupassant.
Il s’agit ici d’un passage dans lequel Mme de Marelle offre à BA et aux Forestier un repas où le héros entreprend un jeu de séduction. Ce repas propose de dévoiler les dessous d’une société élitiste qui est ici dévalorisée à outrance.
LECTURE :
REPRISE DE LAQUESTION : il convient de se demander si…
ANNONCE DU PLAN : nous verrons dans un premier temps… puis nous observerons…
____________________________________________________________

_______________
I- LA REPRESENTATION D’UNE SOCIETE PERVERTIE

1) UNE SCENE PROSAIQUE PAR LA MISE EN SCENE D’UN REPAS
Il s’agit de s’intéresser à une toute petite partie de la société.
Si Duroy a toujours étéintéressé par l’argent, d’abord pour vivre décemment, il en va que les nantis, êtres fortunés, sont ici dégradés.
Effectivement, nous assistons à une scène prosaïque puisque les protagonistes sont décrits alors qu’ils sont en train de manger, constituant une situation peu valorisante comme le signalent les formules « ils buvaient » « en grignotant » « ils mangeaient avec lenteur ». Les quatrepersonnages apparaissent sous les traits d’êtres vides, creux, uniquement représentés par des bouches. Il y a là une illusion de réel, car le lecteur est invité à suivre leur repas qui se déroule comme un menu donné au complet : malgré les aspects luxueux et abondant de cette nourriture, celle-ci semble peu diététique, nous offrant une impression de gavage, d’empiffrement. C’est probablement unemanière pour ces protagonistes d’étaler leur richesse, correspondant finalement à cette idée de « paraître ».
De plus, la dimension prosaïque s’inscrit dans la perception réelle avec l’utilisation du participe présent « fondant » l.3 consistant à proposer au lecteur l’immersion dans la bouche des personnages, suggestion dégradante. La comparaison « enivrait leur âme comme le vin » l.58 estparticulièrement repoussante puisqu’on met sur le même plan l’aspect spirituel et culinaire. De ce fait, les personnages mangent comme ils pensent.

2) DES PERSONNAGES DEGRADES
Aussi est-il que ces derniers apparaissent comme des êtres oisifs (paresseux) et inutiles qui cherchent à occuper un moment vide de sens où rien ne se produit. C’est ainsi qu’ils rompent le silence en prenant la parole demanière pervertie. Ils mettent en place une conversation construite sur des rumeurs d’où le complément « à causer » l.6 et la formule familière « parla d’abord d’un cancan qui courait les rues » l.8.
Quant aux prises de parole, elles manquent de raffinement puisqu’on parle très fort et de manière très brusque « bien haut » l.14.
Le niveau de langue est loin d’être soutenu comme l’indiquent cesdiverses expressions « bigre de bigre » « goujat » « sacristi, oui, on s’en payerait.. » « bigre la bonne chose ». Forestier est de loin celui qui tient les propos les plus familiers même s’il est vrai que ses interlocuteurs ne valent pas mieux. Par conséquent, ceux qui semblent au plus haut de la société se retrouvent au plus bas de cette toile sociale.
Si on en vient aux postures physiques, il...
tracking img