Beneteau 1 et 2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3867 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
SAISON 1 (2001) : Comment Bénéteau s'est mis à l'abri du gros temps
Par Stéphanie RAPHANAUD , LE FIGARO Entreprises, juillet 2002
LE PROBLEME : La crise des années 1990 a révélé l'archaïsme des méthodes de travail et des produits du chantier naval, qui a frôlé la déroute.
Le 12 septembre 2001 à Cannes, en arpentant les pontons du Salon nautique, la présidente de Bénéteau, Annette Roux,conservait une relative sérénité pour son entreprise malgré les attentats commis la veille aux Etats-Unis. La nouvelle aurait pourtant pu s'avérer lourde de menaces. Voici quelques années en effet, le leader mondial des bateaux de plaisance avait tout à redouter d'un événement brutal susceptible de déclencher un grave retournement de conjoncture. La plupart des plaisanciers passionnés s'offrent unvoilier comme un luxe, et seulement quand tout va bien. Bénéteau était alors très vulnérable...
Pour pallier cette fragilité, Annette Roux et ses équipes ont décidé de partir à la conquête de nouveaux clients, ce qui a obligé toute l'entreprise à de profondes remises en question. Aujourd'hui, les résultats sont favorables. Près d'un an après le 11 septembre, alors que la croissance mondiale est atone,Bénéteau fait mieux que résister au grain. La société a annoncé avoir réalisé un chiffre d'affaires de 250 millions d'euros au premier semestre 2001-2002, en hausse de plus de 11 % par rapport à l'année précédente.
Au siège de Bénéteau à Saint-Hilaire-de-Riez, en Vendée, personne n'a oublié comment le groupe a traversé la dernière crise mondiale, au début des années 1990. Mal. Très mal même, aupoint de perdre 30 % de recettes par an pendant plusieurs années consécutives, ce qui a conduit la présidente à procéder à une série de licenciements. En 1993, au plus noir de la crise, alors que les mauvaises langues parient déjà sur le naufrage de l'entreprise, un plan de relance est mis en place. " Quand on ne veut pas mourir, on ne meurt pas ", lance alors Annette Roux à son bras droit FrançoisChalain, une phrase qui fait légende dans les usines. Le prix de cette résurrection sera élevé. " L'expérience est la somme de nos erreurs ", philosophait à l'époque, devant les cadres, l'ancien directeur général Xavier Fontanet, qui préside aujourd'hui aux destinées d'Essilor. Son successeur, Bruno Cathelinais, en a fait son adage.
Une alternative à la maison de campagne
La crise des années1990 ne suffisait pas à expliquer la tempête qui a failli couler Bénéteau. L'entreprise avait déjà de lourdes difficultés, résumées d'une phrase par le designer Philippe Starck : " Vos bateaux sont comme de vieilles Mercedes, lâcha-t-il d'un ton détaché devant les dirigeants, en visitant un Salon nautique à Paris. Ils sont ringards. " Message reçu, il fallait tout refaire pour aller chercher denouveaux clients. Des acheteurs potentiellement plus jeunes, moins empreints de la culture des gens de mer, généralement moins aisés, mais surtout... plus nombreux ! Cela revenait à viser des cadres plutôt que des marins. Et supposait de lancer un vase lifting du groupe. La feuille de route comprenait quatre escales : le renouveau du design, la féminisation des intérieurs, la baisse des prix et,corollaire indispensable, l'industrialisation des méthodes de travail.
Premier cap, la prise en compte des attentes de ces nouveaux clients. De plus en plus de vacanciers veulent seulement un bateau pour " aller sur l'eau " sans se compliquer la vie, pour naviguer avec plaisir et, surtout, sans battre des records de vitesse. D'ailleurs, nombre de voiliers, même les plus neufs, ne quittent jamais leuranneau au port ! Pour leurs propriétaires, l'investissement dans un navire est juste une alternative à l'achat d'une résidence secondaire...

Les femmes tiennent le chéquier
Les dessinateurs de Bénéteau ont donc planché sur des concepts de bateaux de croisière, à voile et à moteur, qui tranchent avec ceux qu'ils concevaient jusqu'ici, plutôt inspirés par l'esprit de la course au large. " Pour...
tracking img