Bergson le reve

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2025 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
"Derrière les souvenirs qui viennent se poser ainsi sur notre occupation présente et se révéler au moyen d'elle, il y en a d'autres, des milliers et des milliers d'autres, en bas, au-dessous de la scène illuminée par la conscience. Oui, je crois que notre vie passée est là, conservée jusque dans ses moindres détails, et que nous n'oublions rien, et que tout ce que nous avons perçu, pensé, vouludepuis le premier éveil de notre conscience, persiste indéfiniment. Mais les souvenirs que ma mémoire conserve ainsi dans ses plus obscures profondeurs y sont à l'état de fantômes invisibles. Ils aspirent peut-être à la lumière. Ils n'essaient pourtant pas d'y remonter ; ils savent que c'est impossible, et que moi, être vivant et agissant, j'ai autre chose à faire que de m'occuper d'eux.  Maissupposez qu'à un moment donné je me désintéresse de la situation présente, de l'action pressante. Supposez, en d'autres termes, que je m'endorme. Alors ces souvenirs immobiles, sentant que je viens d'écarter l'obstacle, de soulever la trappe qui les maintenait dans le sous-sol de la conscience, se mettent en mouvement. Ils se lèvent, ils s'agitent, ils exécutent, dans la nuit de l'inconscient, uneimmense danse macabre. Et, tous ensemble, ils courent à la porte qui vient de s'entrouvrir".

____________________________________________________________

_______________

Une totale illusion ?
“Le rêve » est un court texte de Bergson tiré d’une conférence qu’il a prononcée en 1901, et que l’on peut retrouver dans Le recueil intitulé L’energie spirituelle. Il s’agit de comprendre ce qu’est unrêve, ou plutôt comment se forme le rêve.
« Voici donc un rêve. Je vois toute sorte d’objets défiler devant moi ; aucun d’eux n’existe effectivement. Je crois aller et venir, traverser une série d’aventures, alors que je suis couché dans mon lit, bien tranquiellement. Je m’écoute parler et j’entends qu’on me répond ; pourtant je suis seul et je ne dis rien. D’où vient l’illusion ? Pourquoiperçoit-on, comme si elles étaient réellement présentes, des personnes et des choses ? ». Bref, d’emblée, Bergson met l’accent sur le caractère apparemment totalement illusoire du rêve, qu’il va ensuite s’evertuer à relativiser. Est-il ainsi vrai que le cerveau ne part de rien ? Plus précisément, part-on d’un néant perceptif pour former nos rêves ? Le rêve ne se compose-t-il pas notamment à partir de ceque nous continuons de percevoir durant notre sommeil ? « Une certaine matière sensible n’est-elle pas offerte à la vue, à l’ouïe, au toucher, etc., dans le sommeil comme dans la veille ? » En ce sens, le rêve ne serait déjà plus tout à fait une illusion…
La base perceptive
Que se passe-t-il quand on ferme les yeux ? Spontanément, on serait tenté de répondre que l’on « perçoit » un fond noir,c’est-à-dire rien. Mais si l’on fait d’avantage attention, on s’aperçoit rapidement qu’il y a une sorte de poussière lumineuse, des tâches colorées : des phosphènes. Quelle qu’en soit l’origine physiologique, l’important pour Bergson est que ce fond visuel « fournit, sans aucun doute, l’étoffe où nous taillons beaucoup de nos rêves ». Autrement dit, c’est notamment de ces premiers objets offerts à laperception que sont les phosphènes que partirait l’élaboration de nos rêves. Ainsi, le rêve se construit-il entre autre en partant de perceptions visuelles. D’ailleurs, Bergson met en avant l’idée que des lumières extérieures, cette fois, peuvent intervenir dans la mise en forme de nos rêves (une lumière allumée soudainement peut ainsi entraîner le dormeur vers un rêve d’incendie).
Mais ledormeur n’a pas que des perceptions visuelles. Le dormeur a des « bourdonnement, tintement, sifflement », qui passent le plus souvent inaperçus durant la veille, mais se détachent pendant le sommeil. Il y a donc également des sensations auditives intérieures, tout comme les phosphènes représentaient des sensations visuelles internes. Mais nous continuons par ailleurs d’entendre les bruits...
tracking img