Bergson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 20 (4808 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|  |
|Introduction |
|Ce texte de Bergson, extrait du chapitre IV de L’Evolution créatrice, a pour objet d’exposer la racine d’une illusion trop |
|répandue en cequi concerne notre rapport au réel. On peut d’ores et déjà préciser que cette genèse, en même temps qu’elle |
|sera la déconstruction de cette illusion, en sera le redressement. Ainsi la question centrale du texte, qui revient à se |
|demander pourquoi les philosophes se trompent inéluctablement quand ils spéculent sur le réel, revient aussi à nous imposer |
|la véritable nature du réel(et, en conséquence, la manière vraie de le saisir " tel qu’il est "). Le texte est donc de |
|nature à la fois ontologique et épistémologique. |
|Bergson veut ainsi montrer qu’il est possible de connaître l’absolu, si l’on se débarrasse toutefois de l’illusion dénoncée,|
|puisqu’alors, on aura reconnu comment le réelest connaissable. |
|Afin de bien dégager l’argumentation du texte, nous l’étudierons en trois parties. En effet, nous avons distingué, |
|respectivement, la position d’une thèse (que l’on dira double), lignes 1 à 8 ; de là, Bergson nous décrira la situation |
|" courante " et opposée à cette thèse (lignes 8 à 17) ; enfin,nous aurons (lignes 18 à 27) la description génétique et la |
|définition de l’illusion des philosophes (qui découlera de la description de notre mécanisme usuel de connaissance). |
|  |
|Première partie : la thèse : quelle est la nature de la réalité ? Et commentla connaissons-nous ? |
|Le texte commence par l’exposé de la thèse de Bergson, qui peut être dite double (voire triple). En effet, elle se rapporte |
|à deux questions : 1) quelle est la nature de la réalité ? ; 2) comment pouvons-nous la saisir (si c’est possible) ? |
|En fait, Bergson commence par nous dire ce qui existe, ou ce qu’on doit admettre comme réel.Toutefois, il nous faut |
|préciser que la question ne sera pas, dans ce texte, celle des constituants ultimes de la réalité, mais, comme nous l’avons |
|dit, celle de la nature de la réalité. Ce qui revient aussi à tenir pour accordée l’existence de ce qui sera admis ici comme|
|réel.|
|Bergson pose donc (ligne 1) l’existence de deux types de réalité. On peut dire que, selon lui, la réalité est double, |
|puisque ce à quoi réfère le mot " réalité " est aussi bien la matière que l’esprit. Il convient de préciser que Bergson ne |
|dit pas que la réalité réfère à la matière et l’esprit ; il relie en effet ces deux réalités par un " ou ". Ce " ou ", selon||nous, serait à rapprocher du " ou " logique, qui peut être à la fois exclusif ou inclusif. C’est-à-dire que matière et |
|esprit sont irréductibles entre eux, mais qu’ils sont chacun (ou tous les deux) une partie de la réalité. Ils sont donc |
|différents mais en même temps, de même nature. |
|Toutefois, lathèse de Bergson est loin d’être un dualisme. En effet, il ne dit jamais que la nature de la réalité est la |
|matière et/ ou l’esprit : pour cela, il aurait fallu dire que la réalité est " matière ou esprit ". Pour Bergson, ce qui |
|fait la nature de la réalité, c’est le qualificatif de " perpétuel devenir "(ligne 1). Ce qualificatif, qui connote la |
|manière d’être du réel, est...
tracking img