Bergson

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2854 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
|Introduction |p| |
|Ce texte de Bergson, philosophe français de la fin du 19è et du début du 20e siècle traite de la conscience et montre que l'intensité de la |i| |
|conscience varie en fonction de nos actions.|c| |
|En effet la conscience, qui conduit à la conception d'un sujet à part entière, capable de réfléchir, de penser sur lui-même et sur le monde, se |]| |
|manifeste-t-elle toujours de la même manière ? Si la conscience est toujours présupposée dans toute pensée et dans toute action, nous n'avons pas| | |
|toujours conscience quenous pensons, que nous agissons, de telle sorte que les prises de conscience réelles sont rares. Ne sommes-nous pas | | |
|conduits à concevoir plusieurs types de conscience ou en tout cas plusieurs de ses modalités ? C'est à ces questions que l'auteur répond dans ce | | |
|texte. D'une manière plus générale, la conception bergsonienne de la conscience permettra de nous demander s'iln'y a pas un lien essentiel entre| | |
|la conscience qui décide de l'avenir et la liberté voire la force d'une personnalité. Nous verrons que ce texte révèle la philosophie de Bergson | | |
|en général, notamment sa conception de l'individu et de la durée. | | |
|Trois parties se dégagent de ce texte : lapremière, qui va du début jusqu'à «la conscience que nous en avons diminue et disparaît» (1. 5), | | |
|démontre la disparition de la conscience dans les actions automatiques. La deuxième, qui se termine par»notre avenir sera ce que nous l'aurons | | |
|fait ? » (1. 7) indique à l'inverse que l'intensité de notre conscience est à son apogée lorsque nous devons choisir, décider de notreavenir. La| | |
|dernière partie conclut sur les variations d'intensité de la conscience. | | |
|1. Explication du texte | | |
|Première partie| | |
|Bergson commence par une question : c'est un moyen rhétorique pour amener le lecteur à s'interroger lui-même. La réponse est une conclusion, | | |
|avant la démonstration, qui sera donnée par l'intermédiaire d'un exemple. On conclut immédiatement de ces deux premières phrases que la | | ||spontanéité d'une action suppose la conscience tandis que l'action automatique implique sa disparition. Cependant le verbe cesser ne nous met pas| | |
|en présence de deux types d'actions mais d'un passage continu, graduel entre ces deux actions. | | |
|Que signifie ce passage ? L'action est spontanée lorsqu'elle émane de nous-mêmes, lorsque nous ensommes l'auteur, la cause immédiate. L'action | | |
|est automatique lorsqu'elle s'accomplit d'elle-même, lorsque l'auteur ne maîtrise ni la cause ni le déroulement des opérations. Ces deux termes | | |
|conduisent aux couples d'opposés : conscient (sujet de la pensée, de l'action), inconscient (l'agent est soumis à autre chose qu'à lui-même), | | |
|liberté, volonté (le sujet estcause de l'action) et nécessité (enchaînement de causes et d'effets sans agent). | | |
|Ces couples d'opposés ou plutôt le passage d'un terme à l'autre, est révélé par l’intermédiaire d'un exemple. L’apprentissage d'un exercice : le | | |
|passage s'exprime ici par la durée : en effet, les termes" nous commençons" " puis à mesure que" nous font vivre les...
tracking img