Bernard lama, un chat parmi les dogues

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (933 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 février 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Comme chaque semaine, allezlesdogues vous propose de revenir sur la carrière d'un ancien lillois, après être revenu sur Acimovic, Manchev, Sterjovski, les frères Cheyrou ou Delpierre (à retrouverdans notre rubrique News>Les Anciens) nous vous proposons de voyager plus loin dans le temps et de revenir sur le passage de Bernard Lama du coté du LOSC.

Repéré par un dirigeant du LOSC lors d’unmatch avec la sélection cadette de Guyane, Bernard Lama attendra sa majorité pour quitter sa Guyane natale et rejoindre le LOSC en 1981 contre l'avis de son père.
Malgré son mental de battant, le jeunegardien sera prêté à Abbeville puis Besançon avant de pouvoir postuler à une place de titulaire dans les cages lilloises. Il décroche ainsi son premier contrat pro en 1984.

"Ma bonne saison àBesançon me permet de réaliser mon premier objectif : signer un contrat pro. Lille me confie le poste de numéro 2 derrière Jean-Pierre Mottet (aujourd'hui dans le staff de Rudy Garcia). Je suis contentmais je ne m’enflamme pas. Je sais qu’il s’agit seulement d’une étape. Malheureusement, ma première saison est tronquée à cause de deux ou trois blessures". Ce n'est que plus tard, après un belleprestation en match amical face à l’Algérie, que Bernard Lama réclame davantage de temps de jeu "les donnés sont claires. Soit je deviens numéro 1, soit je pars. Même si Jean-Pierre Mottet est installé auLOSC depuis longtemps, c’est lui qui s’en va : à Toulon."

En 5 saisons de D1 avec le LOSC le gardien guyannais va franchir toutes les étapes, il disputera 103 matchs pour un but marqué. "Au début,je fais le boulot sans être vraiment génial. J’étais encore un peu naïf et pas toujours concentré pendant 90 minutes. Mais au fil des saisons je progresse et je prends du grade. Je deviens finalementle capitaine et l’élément moteur de cette équipe qui compte des joueurs comme Jocelyn Angloma, Roger Boli ou Abedi Pelé."
Malgré une bonne ambiance dans le vestiaire lillois de l'époque, des...
tracking img