Bernard manin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2307 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le politique, la politique, la science politique

Sociologie politique P.BRAUD
Définition du pouvoir selon trois perspectives:
- approche institutionnaliste : synonyme de gouvernant
opposé à citoyen devient idée abstraite d'Etat, à opposition devient le gvt et sa majorité, à admi publique devient l'instance politique
- approche substantialiste : un capital au sens éco du terme ie"avoir du pouvoir", possibilité de l'accroître, de le dilapider, d'en tirer profit… Sens métaphorique, renvoie à la fascination du pouvoir
- approche interactionniste (cf. Max Weber) : une relation entre plusieurs personnes, un "pouvoir sur"

Sociologie politique D.COLAS
Définition de l'homme selon Aristote : "l'homme est un animal politique" (zoon politikon) ou "l'homme est un animalsocial". Chez Aristote, l'homme est "politique" car il peut vivre dans une "société politique" ou "civile", il est susceptible d'être le membre d'une communauté politique organisée, d'un Etat constitué et composé de citoyens -> Politeia : association ou société d'un groupement qui ne repose pas sur une convention ou sur un artifice

D.GAXIE Le Cens Caché « Politique et politisation »

Dans latradition wébérienne, le pouvoir politique se définit par « la possibilité de recourir à la contrainte matérielle pour faire prévaloir un ordre.»

Définition du politique : par la « lutte pour la conquête, l’exercice et l’influence d’un pouvoir spécial reposant sur la contrainte physique » (Paradigme Durkheim : pour analyser un phénomène il faut le définir au préalable)

« Décréter que « toutest politique », c’est diluer une catégorie particulière de relation du système social. »

Comme la politique engage parfois les intérêts de millions d’individus, le fonctionnement du champ politique ne peut jamais être totalement autonomisé par rapport à la structure sociale. (Vote à organiser, réactions des citoyens à prendre en compte…)

« Un nombre limité d’agents spécialisés participentdirectement aux activités politiques »
( Hommes politiques : qui vivent « pour la politique mais aussi de la politique »
( « Les autres deviennent de simples spectateurs d’une compétition dont ils se trouvent objectivement exclus » « mais ne sont cependant jamais totalement dépossédés de toute possibilité d’intervention ». « Les agents sociaux politiquement dépossédés ne constituent donc pas unemasse « passive » » :_ Manifestations, grèves…
_ Vote

Une action n’est pas forcément orientée politiquement mais peut avoir des conséquences politiques. Tout n’est pas politique, mais tout peut le devenir.
Pour devenir politique, tout événement « doit nécessairement être pensé dans les termes d’un langages politique spécifique ». Carla politique est une activité symbolique, où les combats se mènent avec des mots. «  La politique est ainsi conçue comme des mots que les hommes politiques échangent et que les autres agents sociaux tentent de s’approprier. »

Mot de la fin :
Définition de la politisation comme « l’attention accordée au déroulement de la compétition politique » (faits « étranger » à l’ordre politique désignéscomme « politiques » par la « société » (Chagnolland Dominique)) ( « effets d’exclusion et de brouillage des rapports sociaux résultant […] de l’existence même d’un langage politique inégalement maîtrisé.

Théorie et construction de l'Etat

La Société contre l'Etat P.CLASTRES

Sociétés primitives : sociétés sans Etat, situation vue comme une "privation", un "manque" par les contemporainsethnocentristes. Intériorisation : on ne peut pas penser la société sans Etat. La constitution de l'Etat n'est pas un phénomène naturel. Existe des sociétés sans Etat ni marché économique.
Question sur l'apparition de l'Etat : origine économique, due à la modification des rapports de production ? (Marx)
Selon Clastres, le pouvoir dans les sociétés est diffus. Il existe deux formes de sociétés :...
tracking img