Best

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 24 (5957 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
LES MALTRAITANCES AU REGARD DE L’HISTOIRE

La notion de maltraitance est relativement récente, au sens de mal fait à un individu alors que celui-ci est faible et aurait mérité une protection. Le terme est utilisé d’abord à propos des enfants, et sert depuis peu également pour les personnes âgées et handicapées ; il témoigne des transformations radicales du regard et des pratiques dominantes dela société au cours des derniers siècles. Il s’agira ici de la civilisation occidentale, celle dans laquelle nous travaillons ensemble à une meilleure prise en charge des individus les plus faibles. Cette civilisation est née sur des valeurs dites judéo chrétiennes, en lien avec la philosophie grecque platonicienne ; l’idéologie des droits de l’homme en découle et développe des principes seréférant à un système de croyances qui pose la dignité de la personne humaine comme principe fondamental. Or les représentations sociales sont aussi importantes, pour figurer une société, que les pratiques effectives. Les représentations d’un phénomène sont autant le réel que ce qui se passe. Ce qu’on dit est souvent différent de ce que l’on fait, mais qu’on le dise finit par avoir un effet sur lapratique. [1]

Si l’on voulait établir une nuance entre « violences » et « maltraitances », on pourrait dire que la violence est un terme qui peut s’appliquer à toute agression d’un être envers un autre, quelles que soient les forces des protagonistes, tandis que maltraitances s’applique davantage aux torts causés à une personne par une ou des personnes dont le rôle, a priori, serait de la bientraiter.

La prise de conscience de ce qu’il fallait absolument lutter contre les maltraitances est récente, à l’échelle de l’histoire. On peut distinguer trois périodes, de longueur très inégale :
- un long temps d’acceptation presque totale des violences ordinaires – des origines au XVIII° siècle ;
- la prise de conscience du temps des Lumières (XVIII° siècle) et ses suites paradoxales ;- l’éveil des années 1960 et ses effets sur l’organisation sociale et les rapports intergénérationnels.

Un long temps d’acceptation presque totale des violences ordinaires

L’usage des châtiments corporels a été longtemps admis, du moins dans une certaine limite, sans aller jusqu’à la blessure grave, voire jusqu’au décès, lorsqu’il s’agissait d’éduquer, de corriger, d’élever un être. Lefameux dicton « qui aime bien, châtie bien », illustre ce propos. Des civilisations contemporaines continuent, du reste, à appliquer ces principes. Cela provoque de lourds conflits lorsque des représentants de ces sociétés vivent dans des pays occidentaux, sur le sol desquels ces pratiques là sont interdites. Rappelons les propos d’un imam vivant près de Lyon, sur les violences légitimes de l’épouxcontre sa femme, et les procès récurrents de ces dernières années contre des parents et des exciseuses. Dans les deux exemples considérés, c’est au nom d’une autorité juste et au nom du devoir des parents de façonner l’enfant selon les règles de la société dans laquelle il doit vivre, que ceux qui les commettent défendent ces actes.

L’histoire de l’éducation des enfants, l’histoire des rapportsconjugaux, l’histoire de la vieillesse, sont remplis, aux siècles anciens, d’exemples de pratiques violentes, toutes légitimées par une morale de la tradition et de l’autorité ; cette morale s’explique par les représentations de l’époque à propos des femmes, des enfants, des vieillards. Ces représentations sont le plus souvent exprimées par des clercs, des hommes d’Eglise, pour lesquels touteéducation réussie permettait de gagner le ciel par ses mérites. L’exigence de bonheur, et de bonheur terrestre, est venue bien plus tard.

Cela ne veut pas dire que la violence était quotidienne et obligatoire ; cela ne veut pas dire non plus que les parents n’aimaient pas leurs enfants, ni que les maris n’aimaient pas leurs femmes. Si les exhortations à la sévérité reviennent si souvent dans...
tracking img