Big boss

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 23 (5647 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 août 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Noms[modifier]

Le Major Zero, au début et à la fin de la Mission Vertueuse, l'appelle Jack mais à la fin du jeu lorsque Revolver Ocelot lui demande son véritable nom, il lui répond John. On peut penser que le vrai nom de Big Boss soit John, Jack étant en effet un surnom affectueux du prénom John. Cependant, il est à noter que, lors d'une conversation avec Para-Medic, Big Boss demande son nomau médecin, qui lui demande le sien en retour, et Big Boss répond "John Doe", qui est un nom fictif utilisé pour désigner un individu anonyme aux Etats-Unis (à la manière de "Mr Smith", par exemple) ; Para-Medic se présente alors comme "Jane Doe", sur le même ton ironique. Big Boss répond "John" à Ocelot avec un sourire en coin, donnant à penser qu'il lui a donné ce nom fictif en référence à lavieille plaisanterie entre lui et Para-Medic, et que le nom réel de Big Boss est donc bien Jack. Ocelot, par contre, ne saisit pas la "private joke", et fait référence plus tard au téléphone à Big Boss sous le nom de John. Cependant Big Boss révèle dans Peace Walker que John est un nom de code qu'il n'utilise plus depuis 10 ans (Operation Snake Eater).
Apparition[modifier]

C'est dans Metal Gearque Big Boss fait sa première apparition. Il est, au début, le commandant de Solid Snake (donnant des ordres et des conseils au joueur par le transmetteur-récepteur ou transcepteur, ancêtre du CODEC). Par la suite, il commence à donner de fausses informations à Snake le menant tout droit vers des pièges. Le joueur découvre à la fin du jeu que Big Boss est en réalité le chef des terroristes.

DansMetal Gear 2: Solid Snake, on apprend que Big Boss a survécu à sa précédente confrontation avec Snake et il est de nouveau le principal « méchant » de l'histoire (il n'y a pas réellement de notion du Bien et du Mal dans la saga Metal Gear). Il n'apparaît qu'à la fin de l'histoire dans une ultime confrontation avec Snake. Dans le manuel, son profil indique qu'il mesure 180 cm, et pèse 89 kg.Bien que supposé mort, Big Boss prend une place non négligeable dans Metal Gear Solid. Les terroristes exigent que son patrimoine génétique (ses restes) leur soient restitués. De plus, on apprend que Solid Snake et Liquid Snake sont ses clones génétiques. Metal Gear Solid 2 présente un troisième clone génétique, Solidus Snake, dont l'apparence physique est très semblable à celle de Big Boss telqu'il apparait dans les deux jeux Metal Gear.

L'histoire de Metal Gear Solid 3: Snake Eater prend place durant la guerre froide en 1964. C'est donc Naked Snake que le joueur contrôle, avant qu'il ne se fasse gratifier du nom de code Big Boss à la fin du jeu.

Dans Metal Gear Solid 4: Guns of the Patriots, en 2014, Big Boss apparait à la fin du jeu alors que Solid Snake n'a pas réussi à sesuicider, accompagné par Zéro, ce dernier étant proche de l'agonie. Big Boss explique alors la vérité derrière les Patriotes, révélant à Snake qu'Ocelot a toujours œuvré contre eux et leur emprise, allant même jusqu'à faire croire au retour de Liquid. Big Boss fini par « libérer » Zéro de son état en débranchant son appareil respiratoire, puis FoxDie commence à faire son effet et Big Boss meurt sur latombe de The Boss, après avoir dit à Solid Snake « This is good. Isn’t it? ».

En réalité, Big Boss n'était pas réellement mort à la suite de son combat contre Solid Snake mais son corps, très endommagé fut reconstruit à partir des organes et des tissus de Liquid et Solidus. Son cerveau, cependant, fut maintenu dans un état comateux par les Patriotes.
Biographie[modifier]

L'histoire de BigBoss avant qu'il ne joigne les forces armées et devienne le disciple de The Boss est très floue. On sait qu'il est né à Hawaï en 1935 (il a 39 ans dans Peace Walker en 1974), et qu'il est issu de la troisième génération d'immigrants japonais sur l'archipel (cela explique en partie les origines japonaises et mongoles de Solid Snake, dans MGS1).

Sa carrière remonte jusqu'en 1950, où il commence...
tracking img