Bilinguisme, exolinguisme et acquisition

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1101 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
''Bilinguisme, exolinguisme et acquisition: rôle de L1 dans l'acquisition de L2.''
Dans ce texte, le linguiste Bernard Py s'attache à montrer l'intérêt d'une complémentarité entre les situations bilingues et les situations d'acquisitions. Il évoque plus particulièrement le rôle que peut jouer la langue première d'un apprenant dans l'acquisition d'une deuxième langue, surtout au cours d'unecommunication exolingue. L'auteur explique tout d'abord pourquoi, pendant longtemps, les cognitivistes et les sociolinguistes ont évacué toute complémentarité entre le bilinguisme et l'acquisition. Ils ne voyaient pas en quoi une situation bilingue pouvait posséder les traits d'une situation d'acquisition. Ces linguistes considéraient ces deux situations comme totalement indépendantes, correspondant àdes processus linguistiques bien distincts. Cependant, Py s'éloigne de ces conceptions en s'appuyant sur l'étude des aspects langagiers des migrations inter- et intranationales. L'auteur évoque le fait qu'un migrant peut être tout à la fois un locuteur en situation d'apprentissage et un locuteur bilingue. Il est apprenant dans sa volonté plus ou moins forte (déterminée par un certain contextesocio-culturel) d'appropriation de la langue du pays d'accueil. Il est également bilingue puisque, par son statut même de migrant, il est le témoin et l'acteur d'une interaction quotidienne entre sa langue d'accueil et sa langue d'origine. A partir de ces situations migratoires, l'auteur pose différentes thèses (soutenues notamment par les linguistes Grosjean, Lüdi, Poplack et Py lui-même) concernantcertaines caractéristiques propres à ces situations particulières, où la communication est très souvent exolingue: – Pour communiquer, le locuteur-migrant n'a pas besoin d'une connaissance parfaite de la langue du pays d'accueil. – Les locuteurs en situation de migration possèdent un répertoire linguistique global, dans le sens où ce répertoire regroupe à la fois leurs connaissances de la langued'accueil et celles de la langue d'origine. La notion d'interlangue est dès lors considérée comme inhérente à celle de compétence bilingue.
– L'acquisition de nouvelles connaissances dans la langue d'accueil entraîne une

évolution, une modification des compétences dans la langue d'origine. Il faut donc

voir, au sein de la compétence bilingue, l'articulation entre la langue d'origine et lalangue d'accueil ainsi que l'existence d'une zone d'influence entre celles-ci. – Il faut considérer l'usage bilingue par rapport à un contexte socio-culturel donné. En effet, selon certaines valeurs identitaires attachées aux langues et au discours, les usages bilingues plus ou moins normés linguistiquement seront plus ou moins admis et acceptés dans une interaction. – Bernard Py évoque égalementl'idéologie linguistique prédominante dans les pays francophones européens qui prônent l'unilinguisme. Cette idéologie considère le bilinguisme comme néfaste pour la constitution du statut de la langue maternelle, en portant atteinte à l'identité culturelle du locuteur. L'auteur aborde en parallèle l'existence d'une idéologie bilingue ( tout en se positionnant au sein de celle-ci ) qui, quant àelle, reconnaît l'existence de propriétés propres au bilinguisme en légitimant le rôle que peut jouer la L1 dans l'acquisition d'une L2. Il explicite la notion de marques transcodiques ( MTC ) en précisant que ces équivalences entre L1 et L2 sont construites et possèdent certaines fonctions discursives. Après avoir posé ces thèses, pour lesquelles le linguiste adhère largement, celui-ci précise lanécessité de les mettre en lien avec la problématique de l'interaction. Selon lui, il faut tout d'abord considérer l'interlangue au sein d'un discours conditionné par des paramètres contextuels. Ces paramètres confèrent aux MTC des degrés variables de légitimité . Benard Py nous montre, à travers des situations discursives concrètes, la mise en place d'un consensus, entre une enseignante et ses...
tracking img