Bio moule et respiration

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1084 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
FRANCIS HUDON

Évolution et diversité du vivant
101-NYA-05

Laboratoire 2 : Filtration de l’eau par les moules,
expérimentation contrôlée avec du vivant

Par

Présenté à

Mardi 21 septembre 2010

* INTRODUCTION
Comme vu au cours du projet à la rivière des Mille-Îles, le rôle des plantes dans le maintien de la qualité de l’eau est très important. Mais plusieurs autres êtresvivants contribuent à ce rôle; c’est le cas des mollusques bivalves comme la moule. En effet, la moule filtre l’eau à l’aide de siphons inhalent et exhalent; elle peut ainsi respirer, s’alimenter et se reproduire. Ce laboratoire, permet d’étudier ce rôle de filtration de l’eau : des moules seront placées en présence d’une algue microscopique (Selenastrum) et la diminution de la concentration enalgue en fonction du temps sera nous évaluée au microscope.
* BUT
Le but de ce laboratoire est d’observer le rôle de filtration de l’eau par la moule d’eau douce (ou «mulette») en évaluant les variations de concentrations dans l’eau d’une algue verte microscopique (Selenastrum) et d’effectuer une expérimentation scientifique de type contrôlée avec des organismes vivants en utilisant desméthodes d’études biologiques : microscopie, dénombrement de cellules, utilisation d’organismes vivants au labo dans le respect de leurs mécanismes d’adaptation.
* MÉTHODE
Tout d’abord, a l’aide d’un cylindre gradue, 200 ml d’eau de la rivière ont été ajoutés dans un becher de 500 ml. Ensuite, la moule a été déposer dans le becher de 500 ml de façon a observé ses siphons et 5 minutes se sont écoulerpour laisser la moule s’adapter, puisque la moule est sensible aux vibrations, il était important de maintenir un environnement le plus calme possible. Ensuite, des éprouvettes ont été identifiées pour les prélèvements prévus. De plus, 5 ml de suspension d’algue ont été ajoute l’aide d’une pipette dans le becher de 500 ml qui ont été délicatement agiter a l’aide d’une tige de verre pour rendre lasuspension homogène. Le chronomètre a été démarrer et un premier prélèvement de 1,0 ml a été effectué pour être ensuite transférer dans l’éprouvette approprier. Pour chacun des autres prélèvements de 1,0 ml, l’embout de la pipette a été changé. Ensuite, à l’aide d’un microscope et d’un hémacytomètre, le dénombrement des algues a été réaliser. Il était bien important de calculer les algues desdeux chambres pour ensuite obtenir une moyenne



* HYPOTHÈSE
Nous supposons que le taux de filtration (variable dépendante) des moules d’eau douce elliptio et lampsile devrait etre proportionnel aux poids (variable indépendante) des moules. En effet, plus les moules vont être grosse, plus leur siphon inhalent et exhalent vont être capable de filtrer de plus grande quantite d’eau.* RÉSULTATS

(1)Taux de filtration des moules d'eau douce elliptio et lampsile en fonction du poids | | |
| | | | | | | |
Poids (g) | Taux de filtration (nbre algues/ml/minute) | | | | | | |
11,122 | 3000 | | | | | | |
14,862 | 2750 | | | | | | |
16,688 | 4250 | | | | | | |
19,85 | 9500 | | | | | | |
22,13 | 12500 | | | | | | |22,407 | 16250 | | | | | | |
22,72 | -2500 | | | | | | |
24,65 | 0 | | | | | | |
29,522 | 1750 | | | | | | |
30,74 | 250 | | | | | | |
31,813 | 2750 | | | | | | |
32,63 | 8750 | | | | | | |
33,794 | 8750 | | | | | | |
34,83 | 1000 | | | | | | |
35,159 | 4750 | | | | | | |
37,6 | 3500 | | | | | | |
37,677 |5500 | | | | | | |
37,83 | 1750 | | | | | | |
38,66 | 250 | | | | | | |
44,936 | -3500 | | | | | | |
45,92 | 8250 | | | | | | |
54,459 | 6250 | | | | | | |
59,423 | 15250 | | | | | | |
(2) Taux de filtration des moules d'eau douce elliptio et lampsile en fonction du poids :


* En regardant le graphique, on peu constater avec la...
tracking img