Biographie de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1551 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mars 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
FICHE DE LECTURE
Les fleurs du mal, Charles BAUDELAIRE (1857)

La Biographie de Charles Baudelaire :

Sa naissance :
Charles-Pierre Baudelaire est né à Paris le 9 avril 1821.

Son milieu familial :
En 1827, à l’âge de 6 ans, Baudelaire connaît une tragédie, celle de la mort de son père (Joseph-François Baudelaire).
En 1828, sa mère se remarie avec le général Aupick, Charles n’acceptepas cette union. Il aura toujours des relations avec ce militaire qui représente tout ce qu’il n’aime pas : L’autorité et la discipline.

Ses études :
En 1836, après un séjour de 4 ans à Lyon, Baudelaire entre au Collège Louis-le-Grand de Paris (Il lit Chateaubriand et Sainte-Beuve.). Il en sera renvoyé quelques années plus tard à cause de son indiscipline. En aout 1839, il obtient sonbaccalauréat.

Ses débuts en littérature :
En 1940, Alors que sa mère et son beau-père souhaitent qu'il devienne Ambassadeur, mais Baudelaire mène une vie de dandy au Quartier latin et n'a qu'un rêve de rebelle : devenir poète.
Le début littéraire de Baudelaire est marqué par une existence marginale, une errance dans un bohème, et une audace très critiquée qui alla jusqu’à la censure. Baudelaire se pluten poète torturé et il apporta une grande innovation à la poésie française. Une pointe d’amertume, un goût particulier du mal et une autre conception artistique figurèrent dans ses écrits.

Son voyage en mer :
En 1841, Pour tenter de dompter ce beau-fils indigne, son beau-père l'embarque en juin, sur le "Paquebot des Mers du Sud" en direction des Indes. Son voyage s'arrêtera finalement à l'îleMaurice. Au bout de sept mois, Charles Baudelaire met fin à cet exil. Il gardera de ce voyage le souvenir de "la belle Dorothée"(Description du portrait physique et moral d’une belle Indienne à la peau noire, probablement rencontrée à l’Ile Maurice à l’âge de 20 ans).Ainsi que plusieurs poèmes comme L’Albatros ou Parfum exotique ont certainement été inspirés par ce voyage en mer.

Sesconditions de vie à Paris :
De retour à Paris en 1842, il bénéficie de l'héritage paternel, Charles Baudelaire dépense sans compter : l'alcool, l'amour, et l'art. Aupick met alors le reste de l’héritage sous le contrôle d’un huissier, et Baudelaire ne reçoit désormais que de maigres dividendes qui lui permettent d’éviter la misère. Pour survivre, Baudelaire devient journaliste et critique d’art. Il publiedes articles dans des revues, ainsi que ses traductions des oeuvres d’Edgar Poe en 1847. Une grande complicité l'unit à cet auteur américain maudit. Ils ont une conception identique de l'art ainsi qu'une fascination commune du mal, ce que Poe appelle le démon de la perversité. Il va traduire et préfacer presque toute l'œuvre de son ami américain.
En 1848, Baudelaire participe aux journéesrévolutionnaires de février et va même jusqu'à monter sur les barricades. Il participe à la création d'un journal révolutionnaire : le Salut Public.
Mais en 1849, il s’éloigne progressivement de la politique, pour lui, le vrai combat est dans la poésie.
En 1851, il dénonce le coup d'état de Louis-Napoléon Bonaparte par la publication Du vin et du haschisch.

Son œuvre :
En 1854, Baudelaire publieLes extraordinaires contes d’Edgar Poe, et 2 ans plus tard sa traduction Les Histoires et Les Nouvelles histoires extraordinaires d'Edgar Poe.
En juin 1857, Baudelaire publie les Fleurs du mal chez Poulet-Malassis. Puis la deuxième édition en 1861.
Dans son œuvre, Baudelaire s’inspire de sa rencontre avec la “vénus noire“, Jeanne Duval (actrice) qui lui inspirera de nombreux poèmes, dont LaChevelure et Le Serpent qui danse. Ainsi que sa rencontre avec Marie Daubrun en 1847, une actrice dont les yeux lui inspire en particulier Le Poison et Ciel brouillé.
Mais aussi, Baudelaire débute une liaison passionnée avec Apollonie Sabatier en 1852. Il lui adresse de nombreux poèmes, dont Harmonie du Soir et L'Aube spirituelle.
Baudelaire rechercha la beauté dans la laideur, le bien dans le...