Biographie de cocteau

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (881 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-1889 : Jean Cocteau est né à Maisons-Laffitte, le 5 juillet 1889. Il est issu d’une famille de la grande bourgeoisie parisienne. Il est le fils de Georges Cocteau, avocat devenu rentier et d’EugénieLecomte. Il a une sœur et un frère : Marthe (12 ans) et Paul (8 ans).
-1898 : il est âgé de neuf ans lorsque son père se suicide d’une balle dans la tête. Il était oisif et effacé, « il s’effaceralui-même », dira Cocteau.
Sa mère élèvera seule ce garçon complexe qui refuse de grandir, trouvant dans les états maladifs un moyen de se faire choyer.
Cocteau passe son enfance au grès desréceptions musicales que donne son grand-père, un être d'une grande culture artistique. Le grand-père de Jean Cocteau n’a de cesse d'initier le petit nonchalant de la famille à la musique. Cette initiationmusicale influencera beaucoup sa perception créatrice tout au long de sa vie.
-1904 : Il est renvoyé pour indiscipline du Lycée Condorcet. Il ne gardera qu ‘un souvenir marquant de ce lycée : celuide la révélation de la beauté masculine en la personne de son camarade, Dargelos, qui a inspiré l’un des personnages du Livre Blanc et des Enfants terribles. A la fois cancre et prodige, il se rendrégulièrement à la comédie Française, multiplie dessins, vers, poèmes,…

-1909 : Jean Cocteau fait la connaissance de Marcel Proust, de Rostand, de la Comtesse de Noailles,…. Il se promène dans lesrues de Paris, affichant un style très provoquant. Il publie un premier recueil poétique, La Lampe d’Aladin.
-1912 : Il rencontre Serge de Diaghilev, mécène et directeur de la troupe des balletsRusses. Cette rencontre a une influence déterminante : « Le premier son de cloche, qui ne se terminera qu'avec ma mort, me fut sonné par Diaghilev, une nuit, place de la Concorde. Nous rentrions desouper après le spectacle. Nijinsky boudait, à son habitude. Il marchait devant nous. Diaghilev s'amusait de mes ridicules. Comme je l'interrogeais sur sa réserve (j'étais habitué aux éloges), il...
tracking img