Biographie de flaubert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (365 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Flaubert
{draw:frame}
Flaubert occupe, comme le poète des Fleurs du Mal une position charnière dans la littérature du XIXe siècle. À la fois contesté pour des raisons morales et admiré de sontemps pour sa force littéraire, il apparaît aujourd'hui comme l'un des plus grands romanciers de son siècle avec en particulier Madame Bovary qui fondera le bovarysme. Son regard ironique et pessimistesur l'humanité fait de lui un grand moraliste. Son Dictionnaire des idées reçues donne un aperçu de ce talent.
Biographie
Celui-ci entreprend Salammbô et part au Maghreb au printemps 1858 afinde se documenter. Le roman paraît en 1862, et connaît un grand succès. Gustave Flaubert est fait chevalier de la Légion d’honneur le 15 août 1866. Dans les années qui suivent, l’écrivain s'attache àconseiller Guy de Maupassant. Flaubert travaille également au remaniement de L’Education sentimentale. Celle-ci est achevée et publiée au mois de novembre 1869 mais le succès est maigre. Commence alorsla guerre face à la Prusse. Nommé lieutenant de la Garde nationale, Gustave Flaubert est aussi infirmier. Au mois de décembre 1870 cependant, les Prussiens occupent sa propriété de Croisset aussidoit-il s’installer à Rouen. En 1875, Gustave Flaubert est bientôt contraint de se dépouiller pour rétablir la situation financière désastreuse de son beau-fils. Il vend ses biens et réduit son train devie.
Le 24 avril 1877 sont publiés trois courts récits réunis en un volume sous le titre de_ Trois Contes_. Mais l’écrivain est en mauvaise santé et reste longtemps alité pendant l'année 1879. Ildoit également accepter un emploi dans une bibliothèque afin de faire face à ses problèmes d’argent. Le 8 mai 1880, Gustave Flaubert décède à Croisset d’une hémorragie cérébrale.
Œuvres
CitationsUn infini de passions peut tenir dans une minute.
Extrait de Madame de Bovary.
Extrait d’une Lettre à Louise Colet - 27 Février 1847
« La conception du paradis est au fond plus...
tracking img