Biographie de george orwell

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1443 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
George Orwell

George Orwell (de son vrai nom Eric Blair) est né le 25 juin 1903 aux Indes à Motihari (Bengale actuel Bengladesh) dans une famille anglo-indienne. Richard Walmesley Blair, son père, était fonctionnaire de l’administration des Indes et sa mère s’appelait Ida Mabel Blair. Eric Blair avait également deux sœurs du nom de Marjorie Frances (sœur aînée) née en 1898 au Bengale etde Avril Nora (sœur cadette) née en 1908. Le jeune Blair débute ses études dès l'âge de 8 ans dans l'internat de Saint-Cyprien et y était un élève brillant et travailleur malgré le fait qu’il vécut de très mauvaises années dans cet internat. En 1916, il obtient une bourse pour le Collège d’Eton à quelques kilomètres au nord de Windsor, où il étudie de 1917 à 1921. Il se montra d’un tempéramentrebelle car il travaillait peu, passant graduellement du statut d’élève brillant à celui d’élève médiocre. A cette époque, Blair avait deux ambitions : devenir un écrivain célèbre et retourner en Orient qu’il connaît grâce à l’intermédiaire des souvenirs de sa mère.

A 19 ans, il s’engage dans la police impériale birmane où il y servira de 1922 à 1927, date de sa démission. La situation sur placeest souvent tendue voire explosive entre les Birmans et leurs colonisateurs : le nationalisme birman prend alors son essor. Blair y laissa l’image d’un grand jeune homme taciturne et solitaire, occupant la majeure partie de son temps libre à la lecture. D’après les anecdotes concernant cette période, il aurait un jour assisté à une exécution capitale, ce qui lui inspira l’essai A hanging (unependaison en français) qui témoigne d’un style distinctif et du talent de George Orwell. A la fin des années 1927, il donna sa démission et rentra en Angleterre. Cette période lui inspira Burmese Days (une histoire birmane): récit cynique, écrit en 1934, relatant son expérience de la colonisation britannique en Birmanie.

Au début de sa carrière d’écrivain, Blair ne possédait pas de donsparticuliers pour l’écriture mais travaillait d’arrache-pied pour s’améliorer. Au printemps de 1928, il décida de s’installer à Paris pour écrire. A l’automne 1929, après avoir donné des cours d’anglais et qu’il soit en manque d’argent, il fit la plonge durant quelques semaines dans un hôtel de luxe de la rue Rivoli. Durant cette période, ce jeune écrivain publia épisodiquement des articles dans desjournaux communistes (dont le Monde). En décembre 1929, sa santé est mise à mal par une pneumonie contractée l’hiver précédent. En 1933, après avoir accepté un poste d’enseignant dans une école privée, il écrivit Down and out in London and Paris (La dèche à Paris et à Londres en français) qui résume la période de clochard qu’il a vécu dans les deux capitales entre 1928 et 1933. Il y décrit la vie duredes gens de la rue comme trouver de la nourriture ou un refuge. C’est à cette occasion qu’il prit le pseudonyme de George Orwell. Malgré les bonnes critiques qui affluent, les ventes restent basses.

A la fin de l’automne 1934, Orwell termina dans la douleur son deuxième roman, A clergyman’s daughter, soit la fille d’un pasteur en français dont il se montre peu satisfait. En 1935, ilcontracta une nouvelle pneumonie qui l’obligea à abandonner sa charge d’enseignant. Entre temps, George Orwell s’installa à Londres où il trouva un emploi à la librairie «Booklover’s corner» dans le quartier d’Hampstead qui fut un quartier d’intellectuels. En 1936, il écrivit en Juin Keep the Apidistra flying (Et vive l’Apidistra en français) et y rencontra Eileen O’Shaugnessy qu’il épousa. Sous lacommande de son éditeur, Orwell alla dans le nord pour étudier les conditions de vie des mineurs des régions industrielles. Il y tira un livre intitulé The road to Wigan pier (soit Le quai de Wigan en français) qui sera publié alors qu’Orwell sera en Espagne. Il y analysa les raisons de l’échec du parti de gauche à gagner les classes socialistes. Cette rencontre avec le prolétariat des régions...
tracking img