Biographie de molière

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3200 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
I- Vie de Molière:

1. Les débuts:

De son vrai nom Jean-Baptiste Poquelin, Molière naquit à Paris le 15 janvier 1622. Il était le fils d'un bourgeois parisien aisé possédant la charge de tapissier du roi, c'est-à-dire de fournisseur officiel de la Cour. Son enfance fut marquée par des deuils successifs, dont le plus pénible fut la mort de sa mère, en 1632. Il fut élève des jésuites aucollège de Clermont, que fréquentaient les fils de l'aristocratie et de la grande bourgeoisie, puis fit des études de droit pour devenir avocat (1640), titre qui permettait alors l'achat d'une charge dans la justice ou l'administration.



1.1. L'illustre-Théâtre:

Molière ne profita pourtant pas de la possibilité de promotion sociale qui lui était offerte car, dès 1643, il décida, contre l'avisde son père, de devenir comédien. La même année, avec sa maîtresse Madeleine Béjart, la famille de celle-ci et quelques autres comédiens, il fonda une compagnie théâtrale, baptisée l'Illustre-Théâtre.
L'année suivante, il prit la direction de la compagnie, sous le pseudonyme de Molière, qu'il choisit pour des raisons jamais élucidées.
L'Illustre-Théâtre connut d'abord un semblant de succès:installé sur la rive gauche, dans le jeu de paume des Métayers, il ouvrit ses portes le 1er janvier 1644 et bénéficia de l'incendie qui avait dévasté la salle des comédiens du théâtre du Marais, l'une des deux troupes concurrentes avec celle de l'Hôtel de Bourgogne. Il fit ainsi salle comble pendant près de huit mois, mais, dès octobre 1644, après la réouverture du théâtre du Marais, la situation sedégrada rapidement et ce fut bientôt la débâcle financière: Molière fut emprisonné pour dettes en août 1645.
1.2. Tournées en province:

Une fois Molière libéré, la troupe rejoignit en province celle de Dufresne avec le souci d'éviter les erreurs du passé. Commença alors une longue période de vie provinciale, au cours de laquelle la nouvelle troupe élargie (dont Molière devint le directeur en1650) voyagea à travers le royaume, se fixant un temps dans le Languedoc, où elle bénéficia de l'appui du duc d'Epernon, puis du comte d'Aubijoux. De cette époque itinérante date - si l'on excepte les deux farces la Jalousie du Barbouillé (v. 1646) et le Médecin volant (v. 1647) - la première vraie pièce écrite par Molière, l'Étourdi ou les Contretemps (v. 1655), qui fut créée à Lyon. La même année,le dramaturge gagna la protection du prince de Conti, mais la perdit quatre ans plus tard, après que l'ancien libertin se fut converti à la plus grande austérité religieuse. Privés de soutien (le comte d'Aubijoux était mort en 1657), les comédiens décidèrent de rentrer à Paris.


1.3. Succès parisiens:

Grâce à l'aide de Monsieur, frère du roi, la troupe eut alors la chance de pouvoir jouerdevant Louis XIV et sa cour, et obtint de partager avec les Comédiens-Italiens la salle du petit Bourbon. Après y avoir représenté plusieurs tragédies, ainsi que ses deux comédies (l'Étourdi et le Dépit amoureux, qui avait été créée en 1656), Molière remporta un véritable triomphe en 1659 avec les Précieuses ridicules, reprise d'une pièce créée auparavant à Béziers.
En 1660, contraints dequitter la salle du petit Bourbon, les comédiens s'installèrent définitivement au Palais-Royal. Après Sganarelle ou le Cocu imaginaire (1660), Molière, soucieux de réussir dans le genre noble, écrivit Dom Garcie de Navarre ou le Prince jaloux (1661), « comédie héroïque » qui n'obtint aucun succès. Il se consacra alors essentiellement au comique: à partir de cette date et jusqu'à sa mort, il écrivit etmit en scène en moyenne deux pièces comiques par an. L'École des maris (1661) et surtout la comédie-ballet commandée par Nicolas Fouquet, les Fâcheux (1661), firent de lui un écrivain à la mode.



2. Succès et controverses:

2.1. L'École des Femmes:

Invité à la cour pour y faire représenter ses œuvres, Molière suscita dès ce moment des jalousies, qui se manifestèrent avec un...