Biographie de montesquieu

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (343 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
MONTESQUIEU Charles Louis de Secondat, baron de La Brède
(18 janvier 1689-10 février 1755) Moraliste, philosophe
Paradoxalement, les deux ouvrages qui valent sa gloire à Montesquieu sont l’unet l’autre « anonymes » : Les Lettres persanes paraissent en 1721, sans que soit mentionné le moindre nom d’auteur. Quant à L’Esprit des Lois qu’édite, à Genève, l’éditeur Barrillot, en 1748, ilparaît sans nom d’auteur encre et sans même la date. Reste que ces œuvres d’un homme qui a pour parrain un mendiant, parce que son père veut qu’il se souvienne toujours que les pauvres sont sesfrères, reste que cet homme, qui est reçu conseiller au Parlement de Bordeaux le 24 février 1714, qui a publié des Mémoires sur l’écho comme sur les maladies des glandes rénales ou sur la transparencedes corps, change fondamentalement le regard que le siècle porte sur lui-même, sur son temps, sur la civilisation. Les Orientaux imaginaires des Lettres persanes mettent en pratique un regard quicommence d’être celui de la sociologie. Quant à L’Esprit des lois, que le libraire réédite à vingt-deux reprises, en à peine un an, il devient le livre de chevet du roi de Prusse, Frédéric II, lajustification pour Catherine II de Russie de sa politique autocrate ; le président américain Jefferson l’annote et Marat en fait l’éloge. Vingt ans de rencontres, des années de voyage, de Naples àAugsbourg, de Cologne à La Haye, de Venise à Londres, lui ont permis d’élaborer le traité qui établit que le despotisme repose sur la crainte, la monarchie sur l’honneur, et la République sur la vertu; ce traité préconise encore la séparation des pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires. Cette exigence est inscrite dans La Constitution des Etats-Unis d’Amérique. Les textes qui ont tentéd’établir une monarchie constitutionnelle en France s’en inspirent. Quel pressentiment a poussé le roi Louis XV à refuser à Montesquieu son agrément, lorsqu’il a été élu à l’Académie française...
tracking img