Biographie jean-luc melenchon

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3124 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Jean-Luc Mélenchon, né le 19 août 1951 à Tanger (Maroc), est un homme politique français .

Adjoint au maire de Massy en 1983, il est élu conseiller général à partir de mars 1985, président délégué du conseil général de l'Essonne en 1998 et sénateur de l'Essonne le 28 septembre 1986 (réélu en 1995 et 2004).

Jean-Luc Mélenchon est ministre de l'Enseignement professionnel (pilotage du Lycéeprofessionnel et CFA, notamment) de 2000 à 2002, sous la tutelle du Premier ministre Lionel Jospin et du ministre de l'Éducation nationale Jack Lang, à l'époque de la cohabitation avec Jacques Chirac ; il est à l'origine du projet de loi sur le PACS qui a été officiellement adopté en 1999 contre l'opposition d'une partie de la droite (UDF et RPR)[1].

Au Parti socialiste, il a fait partie del'aile gauche jusqu'en novembre 2008, date à laquelle il quitte ce parti pour fonder le Parti de gauche (PG). Élu député européen le 7 juin 2009 dans la circonscription Sud-Ouest, il reste sénateur jusqu'à la validation des résultats dans cette circonscription, en janvier 2010.

Titulaire d’un CAPES de lettres modernes et d'une maîtrise de philosophie, il a été professeur de français dansl’enseignement technique, correcteur dans l'imprimerie, ouvrier d'entretien, journaliste, puis directeur de cabinet municipal en banlieue parisienne.

Leader du mouvement lycéen[2] lors de Mai 68 dans sa ville de Lons-le-Saunier, il rejoint l’Union nationale des étudiants de France dès son entrée en faculté en septembre 1969. À l'issue des événements de mai-juin 1968 à Besançon, la Ligue communiste et lePSU, majoritaires dans l'AGEC-UNEF, appuient une prise en main du syndicat par les partisans de sa mutation en « mouvement politique de masse ». En s’y opposant, Jean-Luc Mélenchon rejoint l'Organisation communiste internationaliste, courant trotskiste d'obédience lambertiste, qui tente de contrer cette politique. Après la scission de l’UNEF en 1970, Jean-Luc Mélenchon participe au combat pourreconstruire l'UNEF locale comme syndicat défendant les intérêts matériels et moraux des étudiants[réf. nécessaire], à la fois contre le courant syndical issu de l'UEC, animant l'UNEF-Renouveau, liant le syndicat aux conseils de gestion de la loi Edgar Faure[réf. nécessaire], et contre les courants gauchistes qui visent sa transformation en mouvement politique[réf. nécessaire]. C'est à ce titre qu'ildevient président de l’union locale étudiante, puis intègre le bureau national de l'Unef-Unité syndicale en 1974. Sa liste aux élections du CROUS en 1975 obtient 60 % des suffrages exprimés.

De 1972 à 1975, il devient le dirigeant de l'OCI à Besançon et joue un rôle important[réf. nécessaire] dans l'implantation régionale de cette organisation à Dole et Lons-le-Saunier (Jura). Sa pratique deleader syndical de masse — animation des luttes étudiantes et ouvrières des années 1969-1974, en particulier la grève des Lip, importante industrie horlogère bisontine démantelée quelques années plus tard — l'amène progressivement à prendre ses distances avec la conception léniniste du parti. C'est l'époque où le Parti socialiste de François Mitterrand reconstitué au congrès d'Épinay en 1971, occupeprogressivement à gauche tout l'espace du socialisme démocratique, mettant le PCF en difficultés électorales.

Jean-Luc Mélenchon quitte Besançon pour entrer dans l'activité professionnelle à Lons-le-Saunier et adhère au PS en 1977[3]. Il y occupe très vite des responsabilités départementales et développe un journal fédéral qui combat pour l'union PS-PCF; c'est l'époque où le second rompt lesaccords d'union de la gauche sur un programme commun de gouvernement. Remarqué lors d'une fête jurassienne du Poing et la Rose par Claude Germon, maire de Massy et membre du bureau exécutif du PS en charge du secteur entreprise du parti socialiste, il part en région parisienne et devient directeur de cabinet de ce responsable politique.

Il devient un des principaux dirigeants mitterrandistes...