Bismark et les guerres unificatrices

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1657 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
Le texte ou plutôt les textes que je vais vous présenter sont deux lettres tirées du manuel d’histoire Nations et nationalismes en Europe (1848-1914).
Les deux sont écrites par un professeur de droit romain allemand prénommé R. V. von Ihering, et il est très important de noter les deux dates d’écriture : il écrit la 1° le 1°mai 1966 et la 2° le 19 août 1966. Certes, l’écartn’est que de quelques mois, mais ces mois ont été décifsifs et ont bouleversé l’Allemagne.
Ainsi, la date clef qu’il faut retenir est le 3 juillet 1966, jour de la victoire prussienne sur l’Autriche en Bohême, à Sadowa et on verra qu’à partir de là, l’auteur prend le contre-pied des positions qu’il nous avait fait partagé ds un premier tps. Pourquoi ce retournement soudain ?

1) Bismark, unchancelier difficile à accepter…

• Défaite des libéraux et arrivée de Bismark en Prusse
Dès 1848-1849, la question de l’unité allemeande est posée et une tentative d’une Union restrainte avec la Prusse tourne à l’échec en 1850.
Peu de temps après, la constitution d’un parti libéral replace cette aspiration à l’ordre du jour tt en remettant en cause le système monarchique prussien : leur volonté decontrôler les dépenses de la monarchie doublé de leur refus de voter les crédits militaires poussent le roi de Prusse Guillaume 1° à nommer Bismark, anti libéral affiché, chancelier. Cet événement est donc loin de faire l’unanimité, tant au de la la Prusse qu’à l’intérieur de la confédération germanique puisque les intentions de ce nouveau chancelier sont clairement teintées de conservatisme,d’autoritarisme et d’une aspiration à retrouver la grandeur de la Prusse.
Dès lors, il fait appel à des procédés dicatoriaux pr mener à bien sa politique et consacre ensuite tous ses efforts à la modernisation et au renforcement de l’armée, seule instrument capable de concrétiser l’unification allemande sous l’égide prussienne.
L’auteur, sûrement libéral (cf « je n’ai peu de sympathie pour le systèmepolitique actuel en Prusse » + en parlant de l’Autriche, « j’ai toujours passé pour un adversaire de son système politique »), ne pouvait ainsi adopter une autre approche que celle qu’il affiche dans la première lettre.

• Une manipulation « éhontée » de la guerre
Et en effet le chancelier Bismark adopte dès le départ une ligne politique qui s’inscrit dans la lignée de ses objectifs. Il calculeet manigance dès que possible pour atteindre le but qu’il poursuit : l’unification allemande sous la coupe de la Prusse.
Il comprend vite que celle ci ne peut se faire qu’après l’élimination de l’Autriche, et dc à travers une guerre annoncée très difficile contre celle-ci, qui est à l’époque une grande puissance soutenues par plusieurs puissances européennes.
Ainsi, il va avoir recours à desstratégies afin de neutraliser les voisins européens, qui vont apparaître aux yeux des Allemands, et de l’auteur en particulier, comme inacceptable.
On trouve un champ lexical de la colère extrêent marqué ds la 1° lettre contre Bismark et la politique prussienne (cf : « mes sentiments intimes sont révoltés », « une guerre manigancée de façon aussi éhontée », « une légèreté scandaleus », une «violation des principes les plus élémentaires du droit et de la morale », une « opération répugnante », de « grossiers mensonges », etc.).
Et pourtant, chose paradoxale qui mtre d’autant plus le désaccord de l’auteur, il ne se prononce pas contre l’influence prussienne en Allemagne du Nord, ni en faveur de l’Autriche (« Dieu sait que je ne suis pas un ami de l’Autriche, bien au contraire »)
En effet,Bismark tente par ts les moyens de faire passer l’Autriche pr la puiscance bellisciste de l’histoire, allant jusqu’à l’acuser d’entretenir une situation révolutionnaire dans le Holstein (cf, sur un ton ironique, « alors, c’est l ‘Autriche qui mobilise contre la Prusse ? ») et dans son entreprise de neutralisation des puissances européennes, il emploie des moyens peu orthodoxes :
- il apporte...
tracking img