Bitume prose

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (732 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Simple maillon, on est ce que la vie veut que nous soyons
Nous sommes des bêtes de sommes, maîtres ou esclaves en somme
Simples lettres, petites ou grosses sommes
Amis ou traîtres, ennemispeut-être, ou tout simplement des hommes
Des âmes perdues sans guide, nos armes braquent le bonheur
Sésame s’ouvre comme la trappe sous nos pieds
Et précipite mon corps dans le vide, nos dieux sont enpapier
Et c’est leur amour qui nous suicide
On est frappé par la foudre, comme conduit par un fou
Rattrapé par nos démons, la cervelle brûlée par la poudre
C’est encore loin le paradis ? Eh !c’est à combien le paradis ?
Ce monde me blesse la rétine, me laisse aucun choix
De la tétine à la tombe, à Dieu j’m’adresse certains soirs
J’cherche un peu de clarté, un sens à cette vie
J’me remémorele quarté : naissance, école, boulot et mort
Où est ma place, mon clan ici, croyant ou athée
Je suis à l’abri des missiles mais jusqu’à quand
J’ai porté ma croix, maté mon côté sombre et lestrois 6
S’écarte le mal, mais jusqu’à quand ?
J’suis là, assis seul dans les ténèbres, braquant le ciel du regard
On a l’art de pisser la douleur quand on est nègre
Le bien déserte l’écran, oncélèbre nos noces de feu
L’argent veut assassiner Dieu, le trône est vaquant
Sur toutes les lèvres, on lis la même prière, messieurs on vise
Si le Tout Puissant est l’amour pourquoi sa parole divise
Lemonde est à nous vu qu’on y vit
J’veux crever l’arme au poing et pas à genoux, c’est réel, c’est pas MTV
Y a rien de glamour mais je relativise
J’avoue, la vie elle a un drôle de sens de l’humour,parfois
Loin du tunnel on voit pas le bout, mec, dans le ghetto on craque
Destin tracé comme le fœtus d’une mère défoncée au crac
La foi dans le créateur pend l’homme et ses légions, mal compriseReligion devient arme de destruction massive
La guerre c’est un braco déguisé en juste cause
Un ange qui ment sous serment, des mômes qu’on arrose
Pour des gisement de brut, des rêves qui...
tracking img