Blablabla

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2049 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Affaire Woerth-Bettencourt : Nicolas Sarkozy en première ligne selon la presse européenne
pour Le Monde.fr | 08.07.10 | 11h57 • Mis à jour le 08.07.10 | 12h11

En Italie, presse écrite, journaux télévisés, sites Internet et blogs s’en donnent à cœur joie. Comme pour dire que, pour une fois, cela vient d’ailleurs. Ainsi, après avoir suivi comme un feuilleton d’été les agissements de la familleBettencourt, le tout a pris, ces dernières heures, "les allures d’une affaire d’Etat", comme l’annonce La Stampa. En fait, pour tous, c’est devenu l’affaire Sarkozy tout court. Pour le Corriere della Sera de ce jeudi 8 juillet, "rien ne va plus pour Sarkozy : voici les traces du pot-de-vin". La veille, sous une photo du chef de l’Etat, l’air soucieux, la Repubblica avait annoncé à la "une""Affaire Bettencourt ; l’Elysée tremble".
Puis, dans les pages internes, le journal s’était servi des grands noms de la littérature du passé, de Balzac à Zola, pour raconter comment un été destiné à la désolante chronique d’une crise économique interminable s’était peuplé, à l’improviste, de personnages qui semblent sortis tout droit d’une vieille bibliothèque. Le tout permet à l’auteur, Bernardo Valli,de mettre en scène ce qu’il décrit comme "l’automne du président, la cinquième République précipitée" non sans préciser, toutefois, que pour sa campagne électorale Sarkozy aurait reçu "seulement" 150 000 euros. Ce qui suffit, sur le site de Il Giornale, le quotidien de la famille Berlusconi, pour faire dire à un lecteur ce qui semble être le sentiment général à ce sujet ici : "Les hommes sontpartout les mêmes."

L'affaire Woerth-Bettencourt, si vous avez manqué la suite
Par Thomas Bronnec, publié le 02/07/2010 à 14:55
L'express.fr
Pas un jour, pas une heure ne passe sans une nouvelle révélation dans le feuilleton politique de ce début d'été. Si vous avez manqué les derniers épisodes, LEXPRESS.fr vous rafraîchit la mémoire.
Résumé des épisodes précédents... Des enregistrementspirates, réalisés au domicile de Liliane Bettencourt, et publié mi-juin par la presse, mettent en cause Eric Woerth, ex ministre du Budget, actuellement en charge du Travail. La presse l'accuse de conflit d'intérêt. D'une part, parce que son épouse, Florence, travaillait dans la société qui gère la fortune de la milliardaire - elle a démissionné quand l'affaire a éclaté. Or les enregistrementsmontrent que cette dernière possède des comptes en Suisse non déclarés, qu'elle s'est par la suite engagée à régulariser. D'autre part, parce que les bandes révèlent aussi le versement de sommes d'argent à des hommes politiques, dont Eric Woerth qui, en plus d'être ministre, est également trésorier de l'UMP. Rien d'illégal apparemment, mais une affaire de principes qui, avec les critiques de plus en plusaiguës de la gauche, devient une affaire politique.
Pour plus de détails, vous pouvez lire cet article : Affaire Woerth-Bettencourt, si vous avez manqué le début...
Mardi 29 juin : couacs et mea culpa
Amorce de mea culpa de Florence Woerth qui, dans une déclaration au Monde, admet qu'elle a "sous-estimé ce conflit d'intérêts". Son mari, lui, affirme qu'elle a "démissionné à contre-coeur"après avoir assuré que cela faisait un an qu'elle souhaitait partir "car elle ne s'entendait pas avec son patron". Léger couac dans la défense, donc. D'autant plus problématique que les critiques sur le conflit d'intérêt, brandies avec virulence par la gauche à l'Assemblée, gagnent la majorité. Le mot est prononcé par Alain Madelin et Alain Juppé, et même par Christine Lagarde, la ministre del'économie et ex colocataire d'Eric Woerth à Bercy, qui demande à ce qu'on "clarifie" la situation. Nicolas Sarkozy, lui, continue à soutenir son ministre.
Mercredi 30 juin : enquêtons, enquêtons
François Baroin, qui a succédé à Eric Woerth au ministère du Budget, annonce qu'il a saisi l'Inspection générale des Finances pour "tout mettre sur la place publique" dans l'affaire Woerth-Bettencourt....
tracking img