Blaise pascal: les pensées

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (640 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mai 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Pensées (Blaise pascal)

Ce texte terme que l’on hésite d’abord à employer, tout autant que celui d’ uvre ou que tout autre terme suggérant que l’écrit de Pascal est un système constituén’est ni encore une uvre ni un ensemble de fragments que Pascal aurait voulu tel. L’inachèvement des Pensées est une de leurs caractéristiques fondamentales et interroge la notion même d’ uvre achevée,fermée.
Le mouvement d’écriture de Pascal va de la partie au tout, et tous ces textes devaient être refondus dans un discours englobant.

Ce texte insaisissable semble au premier abord rebelle àtoute entreprise herméneutique. Ceux qui s’y sont essayé ont rencontré un premier problème, celui de l’ordre des textes. Aujourd’hui, le mystère de l’ordre des Pensées est éclairci grâce aux deuxcopies, récemment découvertes, du classement proposé par Pascal. Désormais en possession d’un véritable texte, le lecteur peut entreprendre sa quête.

L'objectif de Pascal est de forcer l’incroyant àchercher. Face à l’alternative de l'éradication des passions ou de leur régulation, Pascal choisit cette dernière voie, avec pour stratégie de retourner contre la nature le jeu de la nature elle-même.Plus encore que d’une régulation, il s’agit bien d’une conversion. Pour cela, la voie royale est celle de la raison, et par là même celle de la volonté, qui gouverne la raison. L’incroyant ne peut guèreêtre atteint par la persuasion seule. Convaincre sa raison est crucial. Et Pascal ne ménage pas son éloquence, et va même jusqu’à malmener le lecteur pour ruiner sa confiance d’homme déchu. Le projetrationnel de Pascal est d’établir l’idée selon laquelle la religion chrétienne est plus conforme à la raison que l’athéisme. Certes, seul Dieu peut donner la foi, mais l’apologiste entend retourner laraison contre elle-même. Son étonnante ambition consiste à légitimer rationnellement l’abandon de la raison à un mouvement irrationnel, ce dernier étant susceptible d’être converti en seconde...