Blarrrrrrrr

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1612 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Français Approfondi
Dissertation

A l’heure ou la société est de plus en plus mis à mal par la crise, nous nous interrogeons de plus en plus sur ce qu’est réellement l’argent. En effet, depuis le dix-neuvième siècle et le grand bond en avant du capitalisme, l’argent a prit une place de plus en plus importante au sein de notre société. En effet depuis l’invention de la Bourse, les hommes n’ontplus besoin d’armées immenses ou de courber l’échine devant les hauts personnages de l’état pour acquérir puissance et richesse. Et si les millions avaient remplacés la poudre dans les conflits des hommes afin d’acquérir le respect qu’ils convoitent tant? L’argent est-il donc une forme, moderne, civilisée, raffinée de la violence? C’est la question à laquelle nous répondrons en argumentant, grâceaux œuvres de deux grands écrivains -Zola pour le dix-neuvième et Molière pour le dix-septième siècle-, sur la nature réelle de l’argent et sur ce qu’elle génère comme violence et comme bienfaits.

L’argent, avec la cupidité et l’ambition qu’il entraine, a-t’il donc remplacer les soldats dans l’expression de la violence des hommes? Zola lui, en est persuadé puisque, dans son livre de la sériedes Rougon Macquart, L’Argent, il nous décrit la Bourse comme un immense champ de bataille. Les millions que s’échangent les boursiers afin de détruire l’autre, représentent pour l’écrivain naturaliste les coups de feu que s’échangent les troupes lors d’un conflit : « Et tous deux, leurs carnets à la main, causaient du beau temps, comme s’ils n’avaient pas tenu là, sur ces quelques feuilles, lesmillions qu’ils allaient échanger ainsi que des coups de feu, dans la meurtrière mêlée de l’offre et de la demande ». Zola nous montres donc que, dés la fin du Second Empire -régime sous lequel le capitalisme est entré en France- le peuple réalisait déjà que s’affronter sur les marché boursiers était plus lucratif –et surtout moins meurtriers- que combattre sur les champs de batailles d’Europe.
Maisles auteurs du dix-septième siècle, à l’image de Molière avec L’Avare, commençaient déjà à conter dans leurs œuvres le rapport de plus en plus ambigu de la société avec l’argent à défaut de celui encore persistant avec les armes. Dans la pièce du célèbre auteur de théâtre, c’est l’amour de l’argent d’Harpagon, un vieil avare, qui permet à Cléante, son fils, de faire pression sur lui grâce au volpar La Flèche de la cassette du vieil avare au lieu de recourir à la violence contre son paternel.
Même la rivalité entre Saccard et Gundermann illustre bien la nouvelle fonction, que l’argent a prit au sein de la société. En effet les deux ennemis, au lieu d’en recourir aux armes, utilise la Bourse comme lieu pour leur duel et l’argent comme pistolet : « Et, dans la clameur roulante quicroissait, grossie de toutes les conversations particulières, il n’y avait plus que ce duel féroce entre Gundermann et Saccard. On ne distinguait pas les paroles, mais le bruit en était fait, c’était cela seul qui grondait si haut, l’entêtement calme et logique de l’un à vendre, l’enfièvrement de passion à toujours acheter que l’on soupçonnait chez l’autre ». Ils ressemblent, en effet, dans ce grandédifice aux énormes colonnades, à deux généraux qui mènent leurs armées, l’un, absent mais dont on devine la présence invisible à travers ses nombreux agents qui distribuent ses ordres, l’autre, venu en personne pour admirer la bataille que livrent ses lieutenants contre la baisse et donner ses ordres à ces derniers afin de réussir à triompher dans ce terrible affrontement.

Mais l’argent, s’il estune forme raffinée de la violence, ne possède pas moins une nature négative, créatrice de la cruauté et de la cupidité comme de la folie, fait qui nous est montré par Zola à travers les personnages de Busch et de La Méchain. En effet, ces deux personnages, le premier usurier, la seconde acheteuse des titres qui sont tombés en désuétude, représentent les plus terribles rejetons de l’horreur que...
tracking img