Bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 26 (6273 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juillet 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
L ‘EUROPE DE 1945 A NOS JOURS

I.L’Europe : de l’idéal au projet
A. L’idée d’Europe : entre utopie et rêve.
L’idée de l’Europe se confond largement avec le rêve, l’idéal d’une unité de l’Europe. Pour les penseurs du XIXème siècle comme Victor Hugo, l’Europe, au sens de nations européennes, relève de l’utopie. A partir de l’entre-deux-guerres, le concept est très fortement lié à l’idéede paix entre les nations. Le premier projet européen est celui d’une fédération européenne d’Aristide Briand, ministre des affaires étrangères. Lors de la conférence de La Haye en 1929, où le sort de l’Allemagne est discuté, Briand lance une offensive diplomatique qui vise à un rapprochement historique entre les Européens dans le cadre de la SDN. Dans le mémorandum du gouvernement français de mai1930, il utilise le terme de « lien fédéral » qui permettrait de garantir la paix qui dépend de la stabilité du système monétaire international. Mais ce projet ne rencontre pas d’écho et la crise de 29 fait passer les intérêts nationaux en priorité. L’idée d ‘Europe est par la suite récupérée par Hitler qui ne la considère plus que comme le terrain d’expansion de l’IIIème Reich.

B. Larenaissance paradoxale de l’idée européenne en 1945-47

Le 19 septembre 1946, l’ancien premier ministre britannique, Winston Churchill, sonne le réveil de l’idée européenne et déclare « Il nous faut ériger quelque chose comme les Etats Unis d’Europe ». Une des ambiguïtés majeures de la naissance de la construction européenne réside dans le fait qu’elle se fait au lendemain de la WW 2, et parallèlementà l’émergence de la guerre froide. C’est à la faveur de ce double héritage, en dépit de cette double menace, que l’idée européenne passe du « rêve » à la nécessité, de l’idéal à la priorité.

* L’Europe naît de la guerre, des séquelles de la WW2 et des menaces de la guerre froide. 
C’est au moment où l’Europe va connaître sa plus grande crise que l’idée va pour la première fois prendre forme.L’Europe en ruine : -destruction massive des villes (pbs de logement,) et des infrastructures de communication (paralysie des échanges éco).
- Problème de main d’œuvre dans les industries qui entraîne un chômage de masse.
- diminution de la production agricole : graves problèmes d’alimentation (troc, rationnement)- « dollar gap » ou manque de moyens de paiement.
Profond mécontentement social qui atteint son apogée début 1947 et qui explique la victoire de la gauche aux élections.

1947, l’Europe coupée en deux : La libération de l’Europe et par la suite l’avènement de la guerre froide divisent le continent en deux : l’Europe occidentale penche du côté desAméricains tandis que l’Europe orientale apparaît déjà sous la coupe de l’URSS. C’est paradoxalement au moment où l’Europe est sous influence, qu’elle tente de se donner les moyens de son autonomie.

* La construction européenne au service de la paix ?
A l’Ouest la construction européenne apparaît comme une nécessité primordiale :
-volonté de paix. Il s’agit de réussir ce que la SDN n’est pasparvenue à réaliser pendant l’entre-deux-guerres : éviter une nouvelle guerre mondiale.
- nécessité de ne pas abandonner l’Europe occidentale aux appétits soviétiques. Endiguer la progression du communisme par la renaissance d’une Europe forte : forte économiquement, militairement et politiquement. C’est donc pour échapper à une « satellisation » manifeste que l’Europe accepte jusque dans lesannées 60 de bâtir un édifice sous influence.
Ces deux visions ne sont pas radicalement antithétiques mais liées. Pour éviter le déclenchement d’une nouvelle guerre mondiale, l’Europe occidentales prend le pari difficilement tenable de s’engager dans la logique de guerre froide.

C. L’Europe atlantique contre l’Europe satellisée

* La naissance des démocraties populaires
L’origine du...
tracking img