Bonheur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1068 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Faut-il s'abstenir de penser pour être heureux ? Moderne
2. Réponse spontanée et réponse paradoxale justifiéesA peu de choses près, les modernes commencent, avec Descartes, là où les anciens s’étaient arrêtés. L’esprit étant notre être même, et la pensée étant son action naturelle, il s’ensuit que le bonheur se confond forcément avec l’activité de l’esprit.Pourtant, cette même pensée, critiquepar elle-même, ruine peut-être la notion du bonheur.3. Argumentation de la thèse et de l'antithèse3.1. Thèse : la pensée comme activité unique de l’esprit« Je pense, donc je suis » : il faut entendre cette phrase au double sens que lui donne Descartes : primo, si je pense, alors je ne peux pas être rien, donc (déduction logique) je suis ; secundo, du fait même que je pense, je suis, parce que jesuis cette pensée, qui épuise tout mon être. Je pense, donc (équivalence mathématique, =) je suis.Puisque je me résume entièrement à cette pensée, il est clair que mon bonheur se résume à découvrir les connaissances « utiles à la conduite de la vie » (Descartes le martèle tout au long du Discours de la méthode). On retombe ici, avec quelques aménagements, sur le « bonheur de philosophe » prôné parPlaton. Je n’insiste pas sur ce point, assez facile à argumenter.3.2. Antithèse : la pensée critiqueAvec Kant, un glissement s’opère. Le bonheur est sans doute pensable ; mais parce que la raison seule donne une pensée rationnelle (en rapport avec le réel), alors si l’on s’interroge sur la possibilité d’être réellement heureux, il faut le faire avec l’aide de la raison. Malheureusement, la raisonprocède par une faculté critique contraire à l’idée même de bonheur. L’esprit critique, par définition, implique une réserve, une insatisfaction (une copie l’a relevé : bonus !), incompatible avec le bonheur au sens strict. Aussi, écrit Kant (et plusieurs copies ont su me le citer exactement, mais pas me l’expliquer, hélas) : « Le bonheur est un idéal de l’imagination. » Sous-entendu pas de laraison. Autrement dit, la pensée au sens large (incluant l’imaginaire) nous permet de « visualiser » le bonheur ; et en même temps la pensée au sens strict (la raison) sait bien que cette image n’est… qu’une image, justement, et qu’elle ne prendra jamais corps. On voit alors que deux attitudes sont possibles : la première consiste à récuser une bonne fois pour toutes cet « idéal de l’imagination »parce que c’est un supplice de Tantale : on l’a toujours devant les yeux sans pouvoir jamais l’atteindre. Plusieurs copies ont argumenté en ce sens, ce qui est bien, mais elles n’ont pas argumenté l’analyse réciproque, qui méritait également mention.A l’inverse en effet, même si le bonheur n’est pas de ce monde, nous pouvons quand même nous réjouir à l’idée que nous pouvons malgré tout en jouir «par procuration », dans le monde merveilleux et infini de l’imaginaire. 4. La synthèse1) La plus simple, peut-être, consistait à s’appuyer sur la pensée utilitariste (notamment de J. S. Mill), qui renouvelle l’idée du « calcul des plaisirs » épicurien. Si en effet le bonheur « absolu » n’est pas de ce monde, en revanche, le plaisir, lui, l’est ; et il s’agit seulement de redéfinir le bonheur commemaximisation du plaisir et minimisation des peines pour retrouver un bonheur « réalisable » conforme à la raison.2) Une autre conception inspirée de Sartre pouvait aussi être soutenue, en associant intimement bonheur et liberté (au sens sartrien). Bien des copies ont opéré un tel rapprochement, mais le plus souvent sans justifications et sans nuances, ce qui, tels quels, les rendaient hors sujet.3)Une troisième possibilité, et je regrette beaucoup qu’aucune copie ne se soit avisée de cette voie de recherche, pouvait noter que dans un sens le sujet n’autorise aucune réponse positive, puisqu’il nous interroge philosophiquement, donc nous oblige à penser. Nous sommes pris, pour ainsi dire, en embuscade. Pour débattre vraiment de cette question, il faudrait vraiment essayer, au moins une...
tracking img