Boniface viii, bulle unam sanctam

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3333 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Commentaire de la Bulle Unam Sanctam de Boniface VIII
Introduction
Source : Albert RIGAUDIERE, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, Armand Colin, Paris, 2003

Présentation du texte Nature : Bulle pontificale. Le terme de bulle tire son origine du sceau en métal, en plomb ou en or, attaché à un document pour l'authentifier. Au Moyen Âge, la bulle désigne désormais le documentscellé lui-même, d'autant que le scellement à l'aide à de métal a laissé la place au sceau de cire. D'usage générique mais généralement réservé à l'empereur et au pape, la bulle devient progressivement l'apanage quasi exclusif du souverain pontife. La bulle pontificale est un texte normatif traitant du gouvernement de l'Église. Date : 18 novembre 1302 Auteur : Boniface VIII. Benedetto Caetani(1235-1303), originaire d'Anagni est un canoniste émérite, il est successivement avocat et notaire du Pape. Il obtint le chapeau de cardinal en 1281 et fut élu Pape le 24 décembre 1294 après la démission de son prédécesseur (Boniface VIII emprisonna celui-ci afin d'éviter un schisme). Dans sa jeunesse, ce dernier reçu une formation tout empreinte des idées maîtresses de la théocratie pontificale quevéhicule, à l'époque, les milieux de la noblesse italienne dont il est un parfait représentant. Son passage à l'université de Paris pour y étudier le droit canon au lendemain de l'élaboration des Décrétales de Grégoire IX, ne pouvait que renforcer ses convictions. Destinataire : Philippe IV le Bel. Né en 1268 à Fontainebleau, il est le fils Philippe III le Hardi et d'Isabelle d'Aragon. Il devient le11e roi de France issue de la dynastie des Capétiens en ligne directe en 1285. Il régnera jusqu'en 1314. Près d'un demi-siècle le sépare en âge du pape Boniface VIII. Philippe est formé au droit romain par les légistes qui l'avaient convaincu de son utilité et de son efficacité pour fonder et faire triompher les droits du roi de France. Il apparaît alors comme un souverain appelé à un brillantdestin à la tête d'un royaume en pleine expansion. Contexte historique Depuis le début du XIIIe siècle de nombreux enjeux politiques et financiers contribuent à tendre les relations de la papauté avec le royaume de France. L'avènement successif de deux hommes aussi différents que le pape Boniface VIII et le roi Philippe IV rendit ces relations explosives. Juridiction, bénéficie fiscalité constitue lestrois terrains d'affrontement des deux pouvoirs. Tout d'abord, concernant la justice ecclésiastique, Philippe le Bel décide de réagir et de mettre fin aux empiétements successifs de ces juridictions et du droit canonique. En effet, le souci des âmes et du strict respect des règles du droit canonique, tout spécialement pour le mariage et la filiation, poussent de plus en plus les jugesecclésiastiques à intervenir dans les affaires temporelles et laïques.

1

Ensuite, le pape durcit sa politique en matière de collation des bénéfices. Désormais le souverain pontife n'entend plus accorder aux sollicitations du roi de France une quelconque importance concernant l'attribution des évêchés, prieurés, paroisse ou chapellenies. Ainsi le roi de France perd un moyen précieux d'accorder à sesfidèles serviteurs l'obtention d'une rémunération complémentaire, sans pour autant compromettre les finances du royaume. Enfin, les foudres entre les deux hommes se déchaînent lorsqu'il est question de la décime. Cette contribution exceptionnelle est levée par les papes sur tous les bénéficiers, ou mieux sur leurs temporels ecclésiastiques. La décime était au départ exclusivement destinée à lacroisade. Elle représentait le dixième du revenu net, une fois déduits les frais d'entretien et de gestion. Il s’agissait donc d'une fiscalité relativement légère parce qu'elle devrait être, tout à la fois, exceptionnelle et autorisée par le pape après accord du clergé. La cime donne un très vite une tentation pour les princes qui, invoquant des motifs qu'ils voulaient proche de la croisade, réussir...
tracking img