Bouvard et pecuchet de g. flaubert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 17 (4112 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Chenoa Marshall
Le statut du paranormal dans Bouvard et Pécuchet
Résumé
Plusieurs indices textuels suggèrent que le segment de Bouvard et Pécuchet consacré à l’occulte est écrit avec moins de scepticisme que ceux qui portent sur d’autres savoirs moins controversés. Ce phénomène a de quoi surprendre, étant donné la manière ouvertement critique dont Flaubert se prononce publiquement sur cesujet. Cette étude analyse ce soupçon de sympathie, fort inattendu, pour les tables tournantes et pour le magnétisme et tente de préciser la nature du rapport, paradoxal, qu’entretient Flaubert avec le paranormal.
Abstract
The section of Flaubert’s Bouvard et Pécuchet that focuses on the occult is surprisingly lacking in scepticism compared to many other subjects that merit, perhaps, a moregenerous representation than they receive. Such favourable treatment is particularly surprising when Flaubert’s overt criticism and scepticism of the paranormal is taken into account. This article examines Flaubert’s seemingly sympathetic treatment of table-turning and magnetism while attempting to discover the paradoxical relationship between the author and his text.
Table des matières
Le réalisme etle paranormal
Le vocabulaire du savoir
Le paranormal dans la hiérarchie des savoirs
La contradiction, le conflit et le scepticisme
Réussites et échecs
La correspondance
Pourquoi Gustave Flaubert a-t-il entrepris d’écrire son dernier roman, Bouvard et Pécuchet? Le projet a duré huit ans, lui a fait lire plus de 1 500 volumes (voir Kempf, 1990, p. 39), et l’écrivain n’a cessé de se plaindre del’énormité de la tâche. De plus, Flaubert était tourmenté par divers problèmes de santé qui l’empêchaient par moments d’écrire. Il avait également de graves problèmes financiers. Or, bien qu’il ait douté dès le départ de la réception de sa « farce », il continuait d’y travailler. La deuxième question que je vais aborder dans le cadre de cet article porte sur un segment d’une vingtaine de pages aumilieu de cette compilation des savoirs écrits, segment qui traite du magnétisme, des tables tournantes, du swedenborgisme et de la magie. Quelle relation Flaubert entretenait-il avec le paranormal? S’il est facile de relever dans sa correspondance des exemples de scepticisme envers le paranormal, je tenterai de montrer que le roman se fait à ce sujet plus ambigu.
1
Le réalisme et leparanormal
2Le projet de Bouvard et Pécuchet, conçu vers 1843 (Kempf, 1990, p. 31), n’est pas commencé avant 1872, quand Flaubert mène ses premières recherches bibliographiques. À plusieurs reprises, il est sur le point de renoncer au projet et, en mai 1875, il l’abandonne, pour ne le reprendre qu’en juin 1877. L’intervalle de trente ans entre la conception du projet et le début de l’entreprise soutientla thèse selon laquelle il s’agit d’un projet motivé principalement par une envie ancienne, qui a grandi avec les années. Dans les toutes premières esquisses de Bouvard et Pécuchet, les deux copistes devaient uniquement étudier des sujets agricoles (voir Flaubert, 1979, p. 8), mais, entre la conception et la rédaction, le projet prend de l’ampleur. Flaubert ajoute le paranormal, sans y attribuerune importance particulière, à la liste des sujets abordés par les deux protagonistes, en même temps que la philosophie, la médecine, la littérature et une multitude d’autres sujets, créant ainsi un roman quasi encyclopédique. Le seul fait d’y inclure le paranormal, un sujet devenu marginal après son apogée survenue trente ans auparavant, indique que Flaubert y attachait une certaine importance,surtout si l’on tient compte de l’aspect personnel du projet.
3Conformément aux exigences de la forme encyclopédique, Flaubert entreprend de faire de Bouvard et Pécuchet une œuvre aussi réaliste que possible. Ce réalisme s’exprime dans la création du texte à deux niveaux : le lieu et le contenu. Flaubert n’inclut aucune information qui n’existe pas dans un livre ou un autre document publié. Chaque...
tracking img