Bovary

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (327 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La deuxième moitié du XIXe siècle assiste à l’essoufflement de la valve romantique. Toutefois, même si l’on assiste à l’émergence de nouveaux mouvements tels que le réalisme, il nedisparaît pas tout à fait. Et c’est de là que nous tirons tout le paradoxe du célèbre roman de Flaubert Madame Bovary. En effet, bien que ce dernier soit généralement considéré comme une œuvred’un genre nouveau, le réalisme, il est nécessaire de la considérer aussi comme héritière du romantisme. Après la publication de son premier roman intitulé La tentation de Saint Antoine,jugé mauvais, Flaubert se lance avec acharnement dans l’écriture d’un nouvel ouvrage qu’il veut délivré du lyrisme Lamartien qui lui vaut son premier échec. Il choisi dès lors un thèmeprosaïque, issu d’un fait divers récent, celle d’une femme infidèle qui finit par s’empoisonner et de son mari, mort de chagrin. Il adopte alors un mode narratif nouveau, qui fait usage dela focalisation interne et d’une narration impersonnelle, qui vont créer un effet de distanciation par rapport au vécu des personnages.
Il s’agit donc de l’histoire d’un couple dejeunes bourgeois, Emma Bovary, fille d’un cultivateur aisé, qui élevée aux Ursulines de Rouen, s’est nourri de lectures romantiques et qui aspire à un univers emprunté à ces romans et deCharles Bovary, médecin de campagne, personnage assez médiocre et grotesque, qui s’avérera ne pas à être à la hauteur de ses aspirations faites d’illusion. Scène de rencontre entre Charles etEmma, dans la ferme familial du père Rouault, patient de Charles et père d’Emma.
Problématique : Comment parvient-il à concilier le romantisme et sa critique ?

Le récit est implantédans un cadre rural, il nous dresse de suite un tableau de la vie provinciale « tout le monde était au champ ». Qui est justifié par le désir de Flaubert de développer un thème prosaïque.
tracking img