Brevet

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1256 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 août 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Diplôme national du brevet, série collège Session 2008, épreuve de français, Centres étrangers (Bordeaux)
____________________________________________________________

_______________ Août 1941 – Une partie de la France est occupée par les nazis. Louis Podski, douze ans, a appris qu’il était juif. Il fréquente le Café des Amis tenu par Madame Jeanne, à qui il rend de nombreux services. Unjour, il découvre une femme et ses deux enfants cachés dans la cuisine de Madame Jeanne. Madame Jeanne agrippa le poignet de Louis. Il espéra vaguement qu’elle l’assiérait sur ses genoux. – Autant que je t’explique, dit-elle. Voilà… heu… Il me semble qu’à ton âge tu comprendras. Mme Boumiran et ses enfants, Marc et Robert, désirent passer en zone libre. Je… j’avais promis de m’en occuper mais lepasseur est absent. Ne parle jamais de cette histoire à quiconque, sinon j’irais en prison. Tu le sais ? Elle fixa anxieusement Louis. Elle ajouta, comme si la précision donnait du poids à ses craintes : – Ils sont juifs et veulent échapper aux Allemands. Mon petit Loulou, tu as dû te rendre compte que les Allemands haïssent les Juifs au point de les emprisonner. Ils font pire aussi et si tu n’étaispas si jeune… Louis dévisagea les enfants. Si l’aîné le toisait1 crânement, Robert suçait son pouce. – Ils passeront la ligne de démarcation avec moi, dit-il soudain. – Ne raconte pas de sottises, ce n’est guère le moment, soupira Jeannette Bonjour. Contente-toi de garder le silence. Louis remit sa casquette. – Madame Jeanne, je franchis la ligne de démarcation deux ou trois fois par semaine. Latension devint extrême. Les gouttes de pluie qui tombaient sur le rebord de la fenêtre explosaient comme des coups de tonnerre. Robert cessa de brouter son pouce. La femme en noir se mordit la lèvre. Madame Jeanne serra le poignet de Louis. – Je t’écoute, Loulou. Louis expliqua qu’il traversait la rivière grâce à une vieille barque à fond plat. Oh ! certes, il ne précisa pas que la barque était unemprunt proche du vol, malgré son état pitoyable, qu’il la dissimulait sous des branches et ne l’utilisait qu’avec d’infinies précautions parce qu’il redoutait davantage le propriétaire que les Allemands. Mais Madame Jeanne crut son histoire lorsqu’il avoua que, compte tenu des appétits de ses clients, il avait dû étendre son territoire de chasse. Qu’il regrettait que corbeaux et pies, préférant lazone libre, nichent si loin, dans le petit bois situé de l’autre côté de la rivière. – Et les Allemands ? questionna Madame Boumiran d’une voix minuscule où perçait un semblant d’espoir.
1

5

10

15

20

25

30

35

Toiser : regarder de haut avec défi.

40

45

– Les Allemands remontent la rivière à heures fixes. Il suffit de s’assurer que la ronde a eu lieu et detraverser dans leur dos. Je l’ai fait des dizaines de fois. Une grosse mouche verte, répugnante, s’acharnait contre la vitre. Ils entendaient tous le bourdonnement rageur. – Loulou, accepterais-tu de passer Mme Boumiran et ses deux enfants ? – Évidemment, la dernière ronde est à dix-sept heures. Si quelqu’un vous dépose une demi-heure avant à l’endroit que je vous indiquerai, nous traverserons la rivièredès ce soir. – Si je m’attendais… Mon petit Loulou, jamais je ne te remercierai assez ! Je te donne dix francs, non, vingt ! […] – Je ne veux rien, pour ça, je ne veux rien, dit-il doucement. Jean-Paul Nozière, La Chanson de Hannah, © Nathan Poche, 2005.

PREMIÈRE PARTIE
-- QUESTIONS (15 points) --

I. Madame Jeanne, une femme engagée (7 points)
1. Qui est Madame Jeanne ? (0,5 point) 2.Lignes 6-7 : « Ne parle jamais de cette histoire à quiconque, sinon, j’irais en prison. » a. À quel mode est conjugué « parle » ? Donnez sa valeur. (1 point) b. Qu’exprime le conditionnel « j’irais » ? (0,5 point) c. Dites quelle « histoire » Madame Jeanne a révélée à Louis. Quel risque court-elle à présent ? (1 point) 3. Relevez un terme qui montre que Madame Jeanne a peur que Louis la trahisse et...
tracking img