Brochure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 85 (21031 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
UNIVERSITÉ DE PARIS I PANTHÉON-SORBONNE

UFR Arts plastiques et sciences de l’art

LICENCE D’ARTS PLASTIQUES
Première année
Premier semestre

ESTHÉTIQUE

DOCUMENTS POUR LES TRAVAUX DIRIGÉS

2010-2011

Rédaction : Olivier Schefer
Remerciements à Agnès Lontrade, Gilles A. Tiberghien, Michel Makarius.
Maquette : François Aubral
Impression : Service reproduction Paris ISommaire

Thèmes : l’esthétique et la critique

L’ESTHÉTIQUE……………………………………………………….…………………...4

Hume…………………………………………………………………………………………7
Baumgarten………………………………………………………………………………… 9
Kant………………………………………………………………………………………....14
Hegel……......……………………………………………………………………………….21
Nietzsche……………………………………………………………………………………22
Valéry……………………………………………………………………………………….24Bourdieu…………………………………………………………………………………....25
Timothy Binkley……………………………………………………………………………30

LA CRITIQUE…………………………………………………………………………….32

Shaftesbury……………………….…………………………………………………………34
Diderot………………………………………………………………………………………37
Friedrich Schlegel…………………………………………………………………………..41
Baudelaire………………………………………………………………………………….. 42
Zola…...……………………………….……………………………………………………..45
Sartre………………………………………………………………………………………...46Barthes……………………………….………………………………………………………47
Pareyson……………………………….……………………………………………………..49

Verso blanc

L’esthétique
Verso blanc

Hume
Essais esthétiques
De la norme du goût

DE LA NORME DU GOÛT

La grande variété de goût et d’opinion qui prévaut dans le monde est trop évidente pour n’être pas tombée sous l’observation de tous. Des hommes au savoir le plus borné sont capables deremarquer une différence de goût dans le cercle étroit de leurs connaissances, même là où les personnes ont été éduquées sous le même gouvernement, et ont de bonne heure été imprégnées des mêmes préjugés. Mais ceux qui peuvent élargir leur horizon jusqu’à contempler des nations distantes et les périodes révolues sont encore plus surpris par la grande contrariété et diversité de ces goûts. Nous sommesenclins à appeler barbare tout ce qui s’écarte de notre propre goût et de notre propre compréhension. Mais bientôt nous trouvons la même épithète retournée en reproche contre nous. Et l’arrogance et le contentement de soi les plus grands finissent par disparaître en observant une pareille assurance de tous les côtés, et hésitent, au milieu d’une telle contestation de sentiment, à prendre parti poureux-mêmes.

Hume, De la norme du goût,
trad. Renée Bouveresse,
Paris, Garnier Flammarion, p. 123.

Ainsi, bien que les principes du goût soient universels, et presque, sinon entièrement, les mêmes chez tous les hommes, cependant bien peu d’hommes sont qualifiés pour donner leur jugement sur une œuvre d’art, ou pour établir leur propre sentiment commeétant la norme de la beauté. Les organes de la sensation interne sont rarement assez parfaits pour permettre à ces principes généraux de se déployer pleinement, et pour produire un sentiment correspondant à ces principes. Ou bien ils sont viciés par quelque désordre, et, par là, ils suscitent un sentiment qui peut être jugé erroné. Quand le critique est dépourvu de délicatesse, il juge sans aucunedistinction, et n’est affecté que par les qualités les plus grossières et les plus tangibles de l’objet – les traits fins passent inaperçus et échappent à sa considération. Là où la pratique ne lui vient pas en aide, son verdict est accompagné de confusion et d’hésitation. Là où il n’a eu recours à aucune comparaison, les beautés les plus frivoles, qui sont telles qu’elles méritent plutôt le nom dedéfauts, sont l’objet de son admiration. Là où l’influence du préjugé l’emporte sur lui, tous ses sentiments naturels sont pervertis. Là où le bon sens fait défaut, il n’est pas qualifié pour discerner les beautés du dessein et du raisonnement qui sont le plus élevées et le plus parfaites. Le commun des hommes porte un...
tracking img