Bts communication visuelle, a.v.a. 2007,

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1980 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
A.V.A. Anal 2007

Alain Le Quernec, La pub Tue, 1991 :

Cette œuvre d'Alain Le Quernec, qui est un détournement d'un sujet classique de la peinture religieuse, ici un Saint-Sébastien d'Andréa Mantegna, est en réalité une campagne de communication contre les publicités pour les cigarettes.
On remarque en haut à droite de l'affiche la mention « Comité contre les maladies respiratoires », lerédactionnel en haut qui reprend le titre « La Pub Tue », les nombreuses cigarettes qui viennent transpercer le Saint ainsi que cette forme rouge sang en haut qui vient dessiner un triangle en négatif sur l'affiche.
Grâce à tous ces éléments, on comprend à qui l'affiche s'attaque : la grande marque de cigarette Malboro, qui véhicule cette image du beau cow-boy fumeur pour vendre ses cigarettes. Laforme rouge et la police du titre sont deux éléments présents sur les paquets de cigarettes Malboro.
Le Quernec à choisi d'appliquer ces éléments sur une représentation de Saint Sébastien d'Andréa Mantegna. Saint Sébastien est le saint qui protège le ville contre les flèches de la peste. Il est souvent représenté attaché à une colonne, le corps criblé de flèches avec une ville en arrière plan. Icitous ces attributs sont conservés, mais les flèches de la peste sont remplacé par des cigarettes.
Le Quernec souhaite nous faire comprendre, à travers cette métaphore, les méfaits du tabac et donc par là, les méfaits de sa publicité. Cette affiche soulève un autre problème : quel est le rôle de la publicité dans ceci ? Et surtout quel est le rôle des publicitaire et des créatifs, créateurs del'affiche ?

Jean Michel Basquiat, Mona Lisa 1983

Cette œuvre de Basquiat est avant tout une œuvre de Basquiat, de part son style graphique si particulier, son traité sauvage et enfantin, il fait ressortir à travers ces tableaux une pulsion et une énergie bien particulière.
Mona Lisa, reprend l'image de la Madone de Leonard de Vinci à la sauce Basquiat, elle devient ici en quelque sorte unmonstre déshumanisé. Mais cette image, séparée du reste du tableau n'es pas ici singularisée pour elle même et placée sur un fond sans réel importance comme aurait pu le faire Andy Warhol. Ici le propos n'est pas la Mona Lisa même. Le fond reprend les éléments graphiques du billet de 1 dollar. La Mona Lisa étant ici placée au centre du billet, à la place des habituels président Américain.
En réalitéce n'es pas la Madone elle même qui est représenté sur ce faux billet, mais plutôt une représentation de la Madone, sinon une représentation d'une représentation. Ici, Mona Lisa acquiert une valeur d’icône et de symbole de l'art, Basquiat définit en quelque sorte une nouvelle monnaie, une nouvelle devise. Ainsi l'art posséderait sa propre monnaie et se détacherait du reste de la société deconsommation. Mais ceci serait le point de vue optimiste. Au fond, Basquiat ne voulait-il pas dire simplement que l'art appartient à la société de consommation ? Basquiat dénoncerait ainsi ce commerce qui se crée autour de l'art.

Art Chantry, The Night Gallery, 1991 :

A première vue, il semble que cette affiche soit en réalité une publicité pour une boîte à outil. On y retrouve tous ces éléments,une représentation détaillé de chaque outil avec un petit encart précisant certains détails sur cet outil, un certain nombre d'accroches disant « Included », « Guarantee », « Quality »,... Et jusqu'au coupon à détacher et à renvoyer pour recevoir cette mallette. Pourtant une chose manque, une chose qui ne peut être oubliée sur une telle publicité : le prix. Nulle part sur l'affiche il n'est faitmention d'un prix.
Cette affiche, qui est en vérité une affiche pour les rencontres artistiques du centre d'art contemporain, reprend tous les éléments graphiques utilisés par les publicitaires pour vendre. Ici, elle reprend précisément une pub pour une mallette d'outillage. Les questions soulevées par ce détournement sont nombreuses : L'art est-il un outil ? L'art a t-il un prix et si oui...
tracking img