Bulle unam sanctam boniface viii

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2881 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
UNAM SANCTAM

Parmi les nombreux documents émanant du pape Boniface VIII, la bulle " Unam sanctam ", du 18 novembre 1302, mérite une très particulière attention car elle revêt la forme et la valeur d’une " constitution ". Elle se présente, en effet, comme un exposé doctrinal des principes qui règlent les rapports entre le pouvoir spirituel de l’Église et les pouvoirs temporels. Quant au fond,rien de neuf, par rapport aux textes promulgués depuis Grégoire VII. Ce qui lui vaut sa notoriété, c’est surtout sa conclusion solennelle et dogmatique : " Il est de nécessité de salut de croire que toute créature humaine est soumise au pontife romain : nous le déclarons, l’énonçons et le définissons. " Sous cette formule abrupte, c’est la logique de l’économie chrétienne qui, sans surprise ninouveauté, est ainsi définie. Toute réalité humaine, personnelle ou collective, entre, pour le croyant, dans le processus de sanctification et de divination ; ainsi relève-t-elle totalement et uniquement de cette Église. Les États comme les hommes sont justiciables de leurs actes devant la conscience, devant Dieu, devant son Église et les organes majeurs de son autorité. Aucun domaine ne peut être misà part ; il n’y a pas de justice politique hors la morale ; l’ordre politique est au service des hommes, dans le salut de Dieu comme dans la promotion du bien commun. Ce qui fait de cette doctrine élémentaire un absolutisme théocratique, ce sont, plus encore que les circonstances, les considérants qui l’introduisent et prétendent la légitimer. Dans leur solennelle abondance, ils relèvent, eux,d’une élaboration théologique où l’autonomie des réalités terrestres, en particulier de l’ordre politique, est complètement niée. Elle est connue sous la dénomination d’augustinisme politique, à cause de ses références aux œuvres de saint Augustin. L’Église ne s’en dégagera pas avant Léon XIII, à la fin du XIXème siècle. Cette bulle fut lancée à l'occasion d'un concile de prélats français réunis àRome. Elle proclamait la suprématie de l'Église sur l'État, et l'obligation pour tout individu de se soumettre au souverain pontife. La bulle fut écrite au moment d'un dur conflit entre le pape Boniface VIII et Philippe le Bel, qui voulait s'émanciper de la tutelle de l'Église sous la gouverne du pape. Elle fait suite à la bulle ausculta fili et à la réaction française. Boniface VIII écrivitégalement une bulle d'excommunication, Super Petri Solio, mais elle ne fut jamais publiée. Philippe le Bel réagit à cette bulle de manière assez radicale: il envoi une unité spéciale pour s'emparer du pape à Anagni, et s'en rendre maître. Le pape fut arrêté en 1303 par Guillaume de Nogaret, nouveau conseiller du roi, d'après les ordres de Philippe, qui voulait l'amener en France et le faire juger par unconcile. Devant son arrestation, le pape se couvrit de sa tiare, prit en main sa crosse et les clefs, en disant: « Je suis pape, je mourrai pape ». Boniface est délivré par la population locale, mais ne résiste pas au choc. Il meurt un mois plus tard à Rome le 11 octobre 1303. Philippe retiendra la leçon, et en 1305 (après le bref règne de Benoît XI), il fait élire un pape français à sa dévotion,Bertrand de Got, archevêque de Bordeaux, qui régnera sous le nom de Clément V: ce sera le premier pape d'Avignon. La bulle réaffirme la nécessité d'appartenir au corps du Christ pour obtenir le salut éternel. Ce document cite l'arche de Noé et la tunique du Christ en exemples. Elle critique ceux qui ont adhéré au schisme grec en citant la parole du Christ à Pierre : Paix mes brebis. De plus, elledéclare que le pouvoir temporel est exercé en relation avec le pouvoir spirituel en mentionnant la théorie médiévale des deux glaives : ces deux glaives sont ceux du Christ, mais seul le glaive spirituel peut gouverner le glaive temporel. Les paroles de l'Évangile nous l'enseignent : cette puissance comporte deux glaives [...] Tous deux sont au pouvoir de l'Église, le glaive spirituel et le...
tracking img