Cahier d'un retour au pays natal

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Lecture du poème

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal (1947) Va-t’en, lui disais-je, gueule de flic, gueule de vache, va-t’en je déteste les larbins de l’ordre et les hannetons de l’espérance. Va-t’en mauvais gris-gris, punaise de moinillon. Puis je me tournais vers des paradis pour lui et les siens perdus, plus calme que la face d’une femme qui ment, et là, bercé par les effluvesd’une pensée jamais lasse je nourrissais le vent, je délaçais les montres et j’entendais monter de l’autre côté du désastre, un fleuve de tourterelles et de trèfles de la savane que je porte toujours dans mes profondeurs à hauteur inverse du vingtième étage des maisons les plus insolentes et par précaution contre la force putréfiante des ambiances crépusculaires, arpentée nuit et jour d’un sacrésoleil vénérien.

Au bout du petit matin bourgeonnant d’anses frêles les Antilles qui ont faim, les Antilles grêlées de petite vérole, les Antilles dynamitées d’alcool, échouées dans la boue de cette baie, dans la poussière de cette ville sinistrement échouées.

Au bout du petit matin, l’extrême, trompeuse désolée eschare sur la blessure des eaux ; les martyrs qui ne témoignent pas ; les fleurs desang qui se fanent et s ‘éparpillent dans le vent inutile comme des cris de perroquets babillards ; une vieille vie menteusement souriante, ses lèvres ouvertes d’angoisses désaffectées ; une vieille misère pourrissant sous le soleil, silencieusement ; un vieux silence crevant de pustules tièdes, l’affreuse inanité de notre raison d’être.

Au bout du petit matin, sur cette plus fragile épaisseurde terre que dépasse de façon humiliante son grandiose avenir – les volcans éclateront, l’eau nue emportera les taches mûres du soleil et il ne restera plus qu’un bouillonnement tiède picoré d’oiseaux marins – la plage des songes et l’insensé réveil.

I. La nature corrompue par le colonisateur
Aimé Césaire se présente dans ce texte comme un poète engagé à la manière de Victor Hugo. 1) Comme leprophète, il rappelle à temps et à contretemps la valeur du mode de vie traditionnel des antillais, peuple sensible à la poésie (d'une pensée jamais lasse). Le paradis perdu et ses images d'une vie idyllique (le fleuve des tourterelles et les trèfles de la savane) est conforté par

les allitérations en « t », « r », « f » et surtout par la douceur des sonorités. Il se prémunie contre lacontagion de la civilisation occidentale qui apparaît dans la construction orgueilleuse de buildings de vingt étages, orgueil qui engendre la dégénérescence physique et morale à laquelle font allusion les ambiances crépusculaires, le sacré soleil vénérien et plus généralement la métaphore de la putréfaction. A l'inverse de l'occidental qui élève des constructions orgueilleuses, il se présente commel'homme des profondeurs. La certitude d'un horizon l'autorise à s'exprimer dans un style lyrique et accusateur à l'égard de ceux qui restent complices du désastre. L'invective de son adversaire est accentuée par la régularité du rythme et la répétition de "gueule". 2) Les procédés concernant l'organisation de la phrase. Les images fortement dévalorisantes, l'antillais complice des européens estassimilé à des insectes, hannetons de l'espérance et punaise de moinillon qui renvoie à sa confiance naïve ou paresseuse face aux fausses promesses des hommes politiques, et peut-être des autorités religieuses. Il les accuse de porter malheur à leur peuple en les traitant de mauvais grigris. Par la suite, il les traite de lépreux aux chairs en décomposition qui acceptent le mensonge et ne protestent paslorsque la vérité est bâillonnée.

II.

La

nature

restaurée

L'anaphore du petit matin implique la métaphore de la longue nuit de la colonisation présentée comme le règne de l'empire du mal. Dans le premier paragraphe, le poète amorce la dénonciation des plaies physiques et morales de son peuple ; ce thème est repris dans le second paragraphe qui lui est entièrement consacré. Face...
tracking img