Cake

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (259 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le jeudi, tôt départ pour Madrid. Normalement je prends le train.
J'aime regarder les montagnes avec la neige, comme il est lentement etréfléchie par la fenêtre.
Mais j'étais endormi. Et le train a quitté une demi-heure avant que le bus et les deux sont arrivés au même moment. À8 h, le Mars 11.
Nous n'avons rien compris. Venir à Madrid et soudain tout est plein de sirènes. Deux voitures, un de ces policiersanti-émeutes noires, ils ont traversé la route. Le pilote a allumé la radio. Attaque, attaque à Madrid! Où? La police très attentif, les documentsdemandés afin de pouvoir continuer, vous vérifié vos sacs et rentrer à la maison recommandé, si vous pouviez. Les ambulances, les pompiers. Dans laMoncloa, où nous avons coupé le rythme, tout était chaos. Du métro à désorientés, ils avaient pris la première ligne à venir à la surface etl'appel. «C'est ma femme n'est pas à Atocha! Que mon fils n'est pas allé à l'école!"
La chose étrange est le comportement des gens. Madrid,normalement au moins à mes yeux étrangers, aller à votre balle putain, enfermés dans leurs livres ou des journaux. Il leva la tête, de parler àquiconque, a payé le téléphone. Calmer les nerfs. Il humanisé. Comme Manuel Rivas dit, "la douleur était dans la bouche de tous» et réalisé entermes de confort.
Partagé un taxi à l'aéroport. Courir dans la matinée, il a partagé la frustration, la colère, une colère, d'impuissa
tracking img