Calligrammes et l'autocensure

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 32 (7842 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CALLIGRAMMES ET L'AUTOCENSURE
«Car il y a tant de choses que je n'ose vous dire
Tant de choses que vous ne me laisseriez pas dire»

par Peter READ

Si je prends comme titre de ma communication ces deux vers de «La Jolie rousse» c'est qu'ils m'ont toujours paru énigmatiques, auréolés de mystère. A leur sujet je suis allé consulter les oracles. André Pieyre de Mandiargues a voulu les relier àl'oeuvre érotique d'Apollinaire, ces livres publiés plus ou moins sous le manteau et que le poète n'ose pas avouer. Selon Michel Butor ces vers représentent la volonté d'Apollinaire de parler de tout, de ne pas laisser une seule région du vocabulaire dans l'ombre, mais de ne parler de certaines choses qu'en secret. Anna Balakian, par contre, y voit un Apollinaire qui, a la fin de Calligrammes,reconnaît qu'il n'a pas dit tout ce qu'il aurait pu dire, mais qui Jette sur d'autres personnes la responsabilité de ce péché, sa propre timidité. Sceptique, elle demande ce que signifie ce «vous», qui sont ces gens qui ne permettraient pas au poète de s'exprimer en toute liberté (1).
Y a-t-il donc certaines choses qu'Apollinaire dit en secret, lui qui a inventé le «poème secret», et qu'il préfèrene pas dire en public? Pour résoudre ce problème j'ai été amené à comparer la version primitive ou la version manuscrite de certains poèmes avec la version définitive, celle qu'Apollinaire a choisi de publier. Et
[1]
c'est ainsi, j'espère, que cette communication trouvera sa place dans le cadre de ce colloque, «Naissance du texte».
Si autocensure il y a, pourquoi l'Apollinaire de Calligrammesse sent-il obligé de se taire sur certaines choses? La réponse à cette question se trouve peut-être dans le climat social qui entourait la publication de ces poèmes, et ce contexte, il nous faudra l'examiner aussi.

* * *

Lorsque l'Europe sombre dans la guerre en 1914, Apollinaire «se blottit entre les jupes de la France», comme le disait Alberto Savinio (2). Dans sa poésie, cependant, il n'ya pas de régression et la plupart du temps le modernisme de ses poèmes sera exacerbé par la nouveauté de ses expériences. Ce sera une poésie écrite au jour le jour, faite d'impressions instantanées, et il arrive même que la poussière des explosions sèche l'encre sur la page. Beaucoup de ces textes, il va les faire publier tels quels. Mais sur d'autres il va prendre le temps de réfléchir et avantde les livrer au public il va faire intervenir de nouveau la plume ou les ciseaux. Nous avons décelé une bonne quinzaine de poèmes de Calligrammes où Apollinaire est intervenu de cette façon.
Un exemple typique est le poème «Toujours», daté mai 1915, publié pour la première fois dans Case d'armons en juin 1915, destiné donc à un public très restreint. Apollinaire demande

Où est le ChristopheColomb à qui l'on devra l'oubli d'un continent

et dans Case d'armons le poème se termine par:

Mais perdre vraiment
Pour laisser place à la trouvaille
Ces vers seront admirés par les surréalistes, mais en novembre 1917, lorsqu'Apollinaire donne ce poème à La Grande revue, cette fin ne le satisfait pas. Il craint sans doute d'être mal compris par ses lecteurs, d'autant plus que le poèmecommence par:

Toujours
Nous irons plus loin sans avancer jamais

Au moment où la guerre des tranchées s'enlise dans la boue de cet hiver de 1917 cela pourrait paraître franchement défaitiste. Il se sent obligé d'ajouter à la fin deux vers:

Perdre
La vie pour trouver la victoire
[2]

des paroles dont l'héroïsme est bien plus conventionnel que précédemment, qui correspondent de beaucoupplus près aux slogans et aux sentiments de la propagande officielle.
«La Nuit d'avril 1915» est un poème dont la première version subira des changements très importants. En fait nous connaissons quatre versions différentes de ce texte:
1. La version envoyée à Lou le 10 avril 1915 et qui est la première partie d'un long poème épistolaire.
2. Une version envoyée à Fernand Divoire, ayant pour...
tracking img