Camus - la chute

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2632 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 25 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
LITTERATURE

La Chute dÕAlbert Camus

La Chute, une lecture athŽe de la Gen•se
Christophe TYMEN

Rembrandt, feuille dÕŽtudes avec Adam et Eve

70

Ç Sachez donc quÕune fois, en cette courte et belle histoire de la pensŽe, Protagoras a tout dit ; une fois, il a retournŽ comme un sac le syst•me sans espŽrance et sans amour. Une fois et une seule fois, ˆ cette extr•me pointe de lÕaudace,lÕesprit sÕest retrouvŽ par son contraire, et sÕest soutenu et sauvŽ sans aucun secours extŽrieur, sans hypoth•se aucune, sans pieux mensonge, sans enchantement, par une lumineuse prŽsence ˆ lui-m•me. È Alain, IdŽes

n a souvent liŽ lÕÏuvre de Camus au seul gŽnie dÕun lieu. LÕŽrection de ce syst•me quÕon appelle lÕabsurde a portŽ les traits des rivages mŽditerranŽens et des villes basses dontla blancheur refl•te la luminositŽ fulgurante du ciel. La Chute quitte la claire lumi•re dÕAlger ou dÕOran. SÕexiler ˆ Amsterdam est incongru. Pour ce chantre de lÕAlgŽrie si uniment enracinŽ ˆ son sol, les brumes du Zuyderzee et la promiscuitŽ poisseuse dÕun bar ˆ matelots peuvent-elles nÕ•tre que pures fantaisies littŽraires ? Les lieux du rŽcit sont sommaires. Amsterdam nÕest plus une ville, queCamus nÕa dÕailleurs jamais dž traverser quÕoccasionnellement, mais un espace indistinct qui entoure, comme un magma originel, le cÏur des choses, Mexico-City. Revenons ˆ la Gen•se : Ç La terre Žtait vide et vague, les tŽn•bres couvraient lÕab”me È. CÕest ˆ cette Žpoque thŽologique quÕappartient lÕunivers du rŽcit, avant m•me que Dieu ait sŽparŽ la terre des eaux, avant cet impŽratif : Ç Que leseaux qui sont sous le ciel sÕamassent en une seule masse et quÕapparaisse le continent È. Ici, la sŽparation des eaux et des terres est indŽfinie. Le brouillard omniprŽsent rattache Amsterdam transfigurŽe ˆ lÕinnomŽ initial de la mythologie biblique, recrŽe le mythe en le transposant au sein dÕun univers narratif. Cette analogie des lieux place le rŽcit dans un cadre mythique. Mais les lieux ontaussi une fonction thŽurgique. Ils dŽfinissent un espace sacrŽ qui sÕint•gre dans lÕespace mythique, sans pourtant sÕy confondre. Cet espace sacrŽ se structure en cercles concentriques. A lÕextŽrieur, fronti•re du sacrŽ et du

O

profane, les canaux circulaires dÕAmsterdam. Plus au centre Mexico-City, et enfin, la maison de Clamence, dont Mexico-City est une annexe.1 Le rŽcit ne se satisfaitpas de la relation positive des faits. Il est incantatoire plus que narratif, quand sŽparŽment de tout sens, de toute cohŽrence, de toute crŽdibilitŽ, le simple encha”nement des phrases exige et obtient lÕattention. MŽlopŽe chuchotante dÕune voix chaude, fascination dÕun visage en clair-obscur ; MexicoCity est avant tout lÕendroit o• sÕexerce une certaine magie. La circularitŽ des eaux, lesanctuaire du bar, les colombes dŽtachŽes des nuages, le carrŽ blanc sur le mur forment autant de signes rituels. LÕŽsotŽrisme de lÕespace rŽactualise la mythologie du premier jour. Et ainsi, Mexico-City fonde une cosmogonie close dont Clamence constitue lÕunique astre attracteur. Quelques lunes gravitent autour, puis sÕŽcrasent, vaincues par lÕirrŽsistible pesanteur de lÕego. Soleil noir, mais soleilassurŽment de la petite galaxie dont il est le dŽmiurge, tout converge vers lui et vers ses lieux. Le dernier cercle, celui qui entoure le plus Žtroitement ce Ç cÏur des choses È que Clamence sÕŽchine ˆ pŽnŽtrer, nÕappara”t que tardivement dans le rŽcit. Le saint du saint, le secret du temple, cÕest la maison de Clamence. AlitŽ, enfiŽvrŽ, au corps ˆ corps avec ses dŽmons, il y Žructe un bonheurbizarre et halluci1 Ç [...] le dŽsir aussi o• je suis de bien vous faire comprendre cette ville, et le cÏur des choses ! Car nous sommes au cÏur des choses. Avez-vous remarquŽ que les canaux concentriques dÕAmsterdam ressemblent aux cercles de lÕenfer ? È

71

nŽ. Ce dernier anneau, abandonnŽ par la rhŽtorique prophŽtique (le cercle sacrŽ) comme par la rŽminiscence des origines (le cercle...
tracking img