Camus la peste

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 35 (8555 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Mounir Laouyen

Page 1 de 21

L'AUTOFICTION : UNE RÉCEPTION PROBLÉMATIQUE Mounir Laouyen Université Blaise Pascal
L'auteur : Doctorant à l'Université Blaise-Pascal (Clermont-Ferrand II), il est lié au Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines (CRLMC). Intéressé par tout ce qui se rapporte à l'écriture personnelle (en particulier l'autobiographie, l'autofiction etl'autoportrait), il travaille à une thèse sur l'autobiographie. Il a dirigé un ouvrage collectif intitulé Perceptions et réalisations du Moi, à paraître en juin 2000.

Notre propos prendra appui sur deux textes autobiographiques qui ont eu un sort euphorique, de par leur excentricité générique : Romanesques d'Alain Robbe-Grillet, un triptyque regroupant Le Miroir qui revient (1985), Angélique oul'enchantement (1988) et Les Derniers jours de Corinthe (1994), d'une part, et Roland Barthes par Roland Barthes (1975), d'autre part. Ce corpus nous servira de point de départ pour apporter quelques éclairages sur une catégorie textuelle qui recouvre des autobiographies rebelles ou transgressives ayant reçu le nom d'autofiction. Ce néologisme, mal compris et mal admis, circule avec beaucoup demal dans les milieux universitaires ; il a été créé par Doubrovsky en 1977 lors de la publication de Fils, [1] un titre polyphonique dont l'ambiguïté rejaillit sur le contrat de lecture. Rappelons que cette même notion apparaît également dans le domaine anglo-saxon avec le mot-valise faction, une couplaison de fact et de fiction.

L'autofiction : définition, enjeux et perspectives :
Le péritextede Roland Barthes par Roland Barthes affiche d'emblée une formule à forte teneur subversive et irrévocablement antiautobiographique : " Tout ceci doit être considéré comme dit par un personnage de roman ", voilà un pacte qui sert à rompre le pacte. [2] La substance du livre serait donc fatalement romanesque. Mais si ce livre était réellement fictif, aurait-il été vraiment nécessaire de le préciser? Ici, il s'agirait plutôt d'une figure d'énonciation dont il faut chercher la profondeur. Serge Doubrovsky dans le Livre brisé semble apporter à notre propos un excellent éclairage :

JE ME MANQUE TOUT AU LONG... De MOI, je ne peux rien apercevoir. A MA PLACE NEANT... un moi en toc, un trompel'œil... Si j'essaie de me remémorer, je m'invente... JE SUIS UN ETRE FICTIF... Moi, suis orphelin deMOI-MEME.[3]. Pour Barthes et Doubrovsky, le pacte proposé est une fiction du sujet, une fictionnalisation de soi, disons autofiction. Robbe-Grillet, ayant lu et admiré

file://C:\colloque99\colloque99\208.html

20/01/2000

Mounir Laouyen

Page 2 de 21

Roland Barthes par Roland Barthes, applique à son œuvre la même stratégie péritextuelle. Son triptyque autobiographique est, en effet,chapeauté d'un surtitre aussi surprenant que corrosif : " Romanesques ". La subversion est ainsi mise à l'affiche. " Un titre doit embrouiller les idées, non, les embrigader "[4], écrivait Umberto Eco dont on voit le souhait se réaliser ici. Le " Nouvel Autobiographe" [5] entend ainsi déjouer le pacte théorisé par Philippe Lejeune et peut-être même ferait-il sienne l'affirmation de BenjaminConstant : " je ne suis pas tout à fait un être réel "[6]. Si le critère péritextuel semble congédier tout horizon d'attente autobiographique, le critère onomastique, en revanche, nous oblige à emprunter le cheminement inverse. Car chez Barthes comme chez RobbeGrillet, l'auteur, le narrateur et personnage principal se confondent. Mais, jugeant incohérente la combinaison d'un pacte romanesque d'ordrepéritextuel avec la condition onomastique de la triple identité, Philippe Lejeune s'est empressé de hachurer la case nord-est du tableau, dont les textes de Barthes et de Robbe-Grillet revendiquent l'ouverture. Il pense, un instant, au Sabbat de Maurice Sachs, mais peu convaincu, court vers l'impossibilité théorique d'un dispositif textuel aussi contradictoire.[7] Or, c'est de cette incongruence a...
tracking img