Camus l'etranger

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3266 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Si près de la mort, vidé de tout espoir comme de toute crainte, Meursault s'ouvre "pour la première fois à la tendre indifférence du monde. De l'éprouver si pareil à moi, si fraternel enfin j'ai senti que j'avais été heureux et que je l'étais encore". Dans l'interprétation de ces quelques lignes tient la compréhension d'une œuvre pour laquelle le rapport à la mère et/ou à la nature (là est lenœud du problème et la durée initiatique d'une histoire) joue le rôle essentiel.

Si l'on tente de lire le dénouement de L'Étranger à la lumière théorique et rétrospective du Mythe de Sisyphe, plusieurs interprétations se présentent à nous qui toutes nous disent que Meursault n'a pas su "soutenir le pari déchirant et merveilleux de l'absurde", car ces interprétations sont autant d'explications d'un"consentement". Si par exemple Meursault consent à sa propre mort il peut être comparé au suicidé. C'est l'acceptation à la limite. "Tout est consommé, l'homme rentre dans son histoire essentielle. Son avenir, son seul et terrible avenir, il le discerne et s'y précipite". Le suicide résout donc l'absurde. Il l'entraîne dans la mort. Certes Meursault n'a pas les moyens de sa propre mort, mais dansce cas de figure il veut, à la manière héroïque et humoristique du sage stoïcien, ce qui lui arrive : sa condamnation à avoir la tête tranchée... Et par là même il échappe à l'absurde.

Deuxième hypothèse : Il s'agissait de "mourir irréconcilié" et c'est en communion avec le monde que Meursault va au contraire à la mort. Sa réconciliation finale n'apparaît alors que comme une ultime illusionconsolatrice. En revêtant le monde d'un sens illusoire, Meursault cède à cette exigence anthropomorphique de familiarité avec ce qui pourtant nous est radicalement hostile et étranger. Il a nié "l'épaisseur" et "l'étrangeté" du monde et par là même l'absurde s'est évanoui. "Il y a tant d'espoir tenace dans le cœur humain. Les hommes les plus dépouillés finissent quelquefois par consentir àl'illusion. Cette approbation dictée par le besoin de paix est le frère intérieur du consentement existentiel".

Autre hypothèse : Meursault aurait adopté une philosophie de type chestovien, il consentirait non plus à la mort ni à la nature mais à l'absurde lui-même ; et éprouverait, dans sa communion avec le monde, "la griserie de l'irrationnel et la vocation à l'extase" qui détourne nécessairement del'absurde un esprit clairvoyant. Ainsi la révolte est-elle à nouveau éludée : "L'homme intègre l'absurde et dans cette communion fait disparaître son caractère essentiel qui est opposition, déchirement et divorce. Ce saut est une dérobade". Car l'irrationnel est ici devenu dieu.
Et sans doute Camus ne choisit pas et n'adhère lui-même à aucune de ces réponses. Avec celle du héros absurde accompli,il propose sans référence à L' Étranger, ces possibilités en vrac à la méditation du lecteur, écrivant par ailleurs qu' "une œuvre absurde (...) ne fournit pas de réponses".

La leçon philosophique finale de L' Étranger dit qu'entre le monde et l'homme, comme entre la mère et l'enfant, il n'y a pas séparation mais unité ontologique.

La figure du Christ hante L' Étranger, et Camus multiplie sonsens. Le Nietzsche de L'Antéchrist nourrit ici le texte de ses significations. Antéchrist, c'est la dénomination que reprend ironiquement - et symptomatiquement - à l'adresse de Meursault, le juge d'instruction à la fin de chacun de ses interrogatoires : "C'est fini pour aujourd'hui, monsieur l'Antéchrist". Cette appellation n'a pas, bien sûr, le même sens pour le juge et pour l'auteur. Pour lejuge, anté signifie anti et l'expression joanique de L'Apocalypse, dit l'indifférence et l'insensibilité de Meursault (l'endurcissement du cœur) face à l'image paradigmatique de la douleur rédemptrice qu'exprime le crucifix que le juge brandit avec véhémence devant les yeux du pécheur : "Moi je suis chrétien. Je demande pardon de tes fautes à celui-là. Comment peux-tu ne pas croire qu'il a...
tracking img