camus

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1248 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
La Peste d’Albert Camus

Questionnaire de lecture
1) Décrivez brièvement la vie de l’auteur. (2 points)
2) Dans quel contexte a-t-il écrite cette œuvre ? (2 points)
3) Décrivez brièvement la situation du début. (2 points)
4) Décrivez le personnage de Rieux. (2 points)
5) Comment est présentée la ville d’Oran? (2 points)
6) Comment arrive la prise de conscience de la peste ? (2 points)7) Quels sont les effets sur la vie quotidienne? (2 points)
8) De quoi semblent le plus souffrir les habitants? (2 points)
9) Qu’est ce que la peste semble apporter à la morale? (2 points)
10) Comment se termine le roman? (2 points)















Correction
1) Albert Camus, est né en novembre 1913 à Mondovi en Algérie et mort en 1960 à Villeblevin dans l'Yonne, c’est unécrivain, dramaturge, essayiste et philosophe Français. Il a développé dans son œuvre très diverse un humanisme fondé sur la prise de conscience de l'absurdité de la condition humaine. Il a reçu le Prix Nobel de littérature en 1957.
2) La peste a été publiée en 1947, après L’étranger et avant L’homme révolté. Cette période est celle d’après-guerre, certains y ont vu des rapprochements entre l’isolementdans Oran et l'enclavement lié à l'occupation nazie de la France dans les années 1940. On remarque, par ailleurs, que seuls les personnages « imparfaits » succombent de la peste. Il faut en effet lire la Peste en gardant bien à l'esprit la montée du nazisme en Allemagne, puis la guerre, le régime de Vichy et les actes de résistance.

3) Nous sommes en Algérie, à Oran, le narrateur, le docteurRieux a quelques visites urgentes à faire. Dans le couloir de son immeuble, à sa plus grande surprise, il tombe en arrêt devant un cadavre de rat. Il le signale à son concierge qui a toutes les peines du monde à le croire. Il doit conduire sa femme qui est malade au train pour qu’elle se rende dans un endroit au climat plus propice pour se faire soigner. Là encore il croise deux autres cadavres derats sur le trottoir. Le train part. Cette séparation lui coûte, mais il espère bien qu’elle lui permettra de retrouver sa femme en pleine santé. Lui-même est tellement pris par ses occupations que l’augmentation des cadavres de rats ne va pas le frapper outre mesure.

4) Rieux, le narrateur est un médecin qui aime ce qu’il fait, il tente d’aider et de soigner envers et contre tout, sachantpourtant qu’il ne peut pas faire grand-chose. Il a fait des études de médecine notamment car il voulait se sortir du milieu modeste dont il est issu. La peste ne le surprend pas. Il ne voit pas l'espoir mais lutte pour s'en sortir. La conscience de l'absurde fait place à la nécessité de la fraternité. Il est également préoccupé par l’état de santé de sa femme mais il est tellement engagé dans salutte qu’il y pense à peine. C’est un homme qui sait écouter, il est tolérant et agréable.

5) La ville d’Oran est écrite dans l’incipit, le narrateur « nous introduit dans la cité » d'Oran, préfecture française de la côte Algérienne des années 1940. On remarque qu'il y a une saison, mais pas de temps, pas de dates précises. C'est une ville moderne de commerce grâce au port. Le narrateur nousapprend les loisirs des habitants, comme le cinéma, les bains de mer, la boule et les cercles. Les habitants semblent absorbés dans leurs habitudes et surtout préoccupés à faire des affaires, de l’argent. Heureusement que la mer est là pour rendre la ville un peu plus agréable
6) Nous sommes étonnés du temps qu’il faudra pour reconnaître que la ville est attaquée par peste, pourtant les indices nemanquent pas, les rats meurent par centaines dans les rues. Rieux soigne le concierge et ne fait pas de rapport entre les cadavres de rats et la peste. Le juge Othon lui parle des rats morts et il répond distraitement. Et pour cause, cette maladie semblait éliminée de la surface de notre terre. Si la France a encore connu une grande épidémie de typhus au dix-neuvième siècle, ce genre de fléau...