Candide chapitre 1 commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (638 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction

L’optimisme, c’est « soutenir avec rage que tout est au mieux quand on est mal », écrivait François-Marie Arouet, dit Voltaire, dans son conte philosophique Candide publié en 1759.En effet, cet écrivain et philosophe français, chef de file du mouvement des Lumières s’oppose à cette théorie de Leibnitz, ainsi qu’à toute forme d’obscurantisme.
Ce texte est extrait du premierchapitre du conte et représente l’incipit. Voltaire y présente les personnages et donne le ton de l’ironie qu’il poursuivra tout au long de l’œuvre.

I- Conte

A) Les formules traditionnelles duconte

-« Il y avait… »  Il était une fois
-nombreux superlatifs, accumulations
-termes élogieux, valorisants  tout va bien
 Monde parfait du conte

B) Les éléments traditionnels du conte-Imparfait  temps de référence du récit et de la description
-microcosme : Westphalie : endroit peu connu, exotisme.
Allemagne = pays de Leibnitz
-Château, pouvoir, richesse, jeune fille…-cadre temporel imprécis, comme dans contes, peu de détails
 Ce texte est avant tout un conte

C) La présentation des personnages

-Superlatifs  personnages stéréotypés
-Mr le Baron : personnalitécapitale de la région, « château »
-Mme la Baronne : représentative de se classe sociale
-Enfants = parents
-Cunégonde : sensualité
-baronnet : une phrase, pas de personnalité, personnage peutimportant
-Candide : lien entre physique et esprit  caricature
-Pangloss : « oracle »  personnage important
 Personnages caractéristiques du conte
II- Critique de la noblesse

A)Superficialité

-La sœur du Baron : 71 quartiers
-signes extérieurs de richesse « tapisseries » « grand aumônier »
-seule qualité du baron : on le trouve drôle
-de la baronne : digne malgré son embonpoint Critique de la superficialité de la noblesse

B) Ironie : pauvreté du Baron

-château : une porte et des fenêtres  minimum
-Fausse logique « CAR son château avait… » « S’attirait PAR LA »...
tracking img