Candide chapitre 3

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (689 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Candide, chapitre 3 : Par quels procédés Voltaire dénonce-t-il la guerre ?

Ce texte est un conte philosophique qui reflète le combat des Lumières avec les critiques contre l’optimisme (avec leproblème du mal) et notamment la critique de la guerre. Avant ce chapitre, Candide est enrôlé dans l’armée bulgare et puis au chapitre 3 il ya une bataille qui oppose les bulgares avec les arabes(peuples mongol) ; c’est la confrontation au Mal (la guerre).
Dans un premier temps nous évoquerons la description ironique de l’armée ensuite dans un second temps nous verrons la description sur unregistre pathétique des conséquences de la guerre.

I)L'éloge ironique d'une bataille

A. Une vision esthétique de l'armée
Cette bataille est mise en valeur mais cet éloge estironique. On peut remarquer trois sous parties. Ici, Voltaire propose une vision esthétique de l’armée en effet on peut remarquer un jeu de mot avec « bellum » qui en latin signifie la guerre or « bellus »signifie beau, ce jeu de mot traduit la beauté de la guerre. On remarque de plus l’hyperbole ironique « si » + harmonie (ordre). Puis on peut faire montrer qu’il y a une certaine harmonie musicaleavec « canon » qui a un sens musical et un sens guerrier ; c’est une antithèse harmonie/ enfer.

B. Une justification morale, philosophique et politique
Dans une deuxième sous partiec’est une justification morale, philosophique et politique apparente de la guerre. En effet sur le plan moral la guerre est justifiée pour des raisons hygiéniques « infecter la surface de la terre »,pour le bien de l’Humanité. Sur le plan philosophique, la guerre est justifié avec des citations de pensé philosophique : « le meilleur des mondes », « raison suffisante » qui est ici une ironie del’optimisme. C’est aussi une justification politique en dénonçant l’absurdité de la guerre et la réciprocité de l’horreur : « lois du droit public ».

C. Un éloge paradoxal de l'héroïsme...
tracking img