Candide voyage au bout de la nuit moi d'abord la campagne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1126 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
CELINE , VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT

De : Ces allemands accroupis A : croisade apocalyptique

PLAN
1. Le narrateur a) un antihéros b) un anti romantique c) un locuteur surprenant
2. Les autres a) des êtres incompréhensibles b) le colonel
3. Une vision crtitique de la guerre a)une force b) un mécanisme incontrôlable c) une imbécillité d) un témoignage

DEVELOPPER

1. Lenarrateur a) un antihéros : Bardamu n'a pas les caractéristiques du héros positif . Ce n'est pas un modèle , il a "la frousse", face à l'ennemi, il est paralysé : "je n'osais plus bouger" et il s'interroge constamment. Il n'a aucune certitude. Le texte comporte une ponctuation très forte : nombreuses phrases exclamatives marquant la stupéfaction et interrogatives . Interrogations auxquelles iln'apporte aucune réponse précise comme le souligne l' adverbe "sans doute" (X 2) , le verbe dans le passage "cela pouvait continuer" , le conditionnel "s'arrêteraient" . Tous ces éléments soulignent le désarroi et l'incertitude du narrateur, panique qui ouvre sur un constat effrayé.
b) Un anti romantique : Bardamu a pour lui sa franchise et sa naïveté . Il avoue comme s'il était conscient qu'ils'agit presque d'une tare , son dégoût pour la campagne "Faut que je le dise tout de suite" et donc pour la nature lieu traditionnellement perçu comme propice à l'épanouissement de l'individu . La nature , reflet de l'âme , lieu romantique par excellence, représente pour lui tristesse et ennui profond. C'est un lieu de perdition ("chemins qui ne vont nulle part") où l'on s'embourbe ("bourbiers") , undésert humain ("n'y sont jamais").
c) Un citadin loquace et surprenant : Bardamu s'exprime facilement "faut dire ce qui est" , "faut que je dise", il ressent le besoin de s'exprimer avec spontanéité , il use de ce parler des humbles dont la franchise met à nue les vérités . Syntaxe relâchée propre à l'oral "j'ai jamais pu"...c'est à pas y tenir", termes familiers "frousse" "cabanons",outournures familières "c'est à pas y tenir" phrases non verbales et ellipses "pire qu'un chien", "et puis tout autant sans doute dans l'armée d'en face" comparaison rebattue"aussi simplement que s'il avait attendu un ami sur le quai de la gare" ... son raisonnement ne progresse que par interrogations et exclamations . Bardamu peut ainsi être vu comme un miroir , éventuellement déformant, du lecteurd'autant que ce parler familier s'accompagne de termes et de formules soutenues "bravoure" "trépas""sentence des hommes et de choses" "croisade apocalyptique".
2. Les autres a) des êtres incompréhensibles : les propos du narrateur soulignent la distance qui le sépare des autres, des êtres qui ne fonctionnent pas comme lui , des étrangers. Cela pourrait paraître logique lorsqu'il s'agit desallemands; cependant leur hostilité se manifeste essentiellement par un entêtement. Cette véritable obsession , d'ailleurs mise en relief par les allitérations de la première ligne, est inexplicable. Ils ne font preuve , eux, d'aucune réflexion, d'aucune analyse; ils agissent comme une mécanique infernale mais une mauvaise mécanique.
b) Le colonel est d'abord perçu comme un compagnon d'armes comme lemontre l'emploi du possessif "notre colonel". Mais , du fait de son comportement déconcertant , il rejoint le camp des étrangers : le démonstratif "ce colonel" le range du côté des allemands "ces allemands". Il est aussi dangereux qu'eux, aussi incompréhensible qu'eux: il n'a rien d'humain "pire qu'un chien. Il n'imaginait pas son trépas" . Un de ces "chiens enragés" évoqués plus bas.
3. Unevision critique de la guerre a) La puissance destructrice de la guerre est d'abord marquée par l'emploi systématique du pluriel "les trajectoires" "les bruits secs"..."des comme lui...des braves"... par les hyperboles "des magasins","des balles à en revendre", "mille morts", par un grand nombre de termes insistant sur la multitude "beaucoup","plusieurs millions", "deux millions" "mille fois plus"....
tracking img