Candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1800 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La femme et l’amour dans les corps humains dans Candide

[pic]

Introduction

Le conte philosophique, nommé aussi « espèce de petit roman » ou « coïonnerie » par son chef de file, Voltaire au cours des années 1760 et 1774, est un récit imaginaire inspiré de la forme du conte pour transmettre des idées et des concepts à portée philosophique.
C’est une histoire fictive produite par l’auteurdans le but de peindre une critique sociale, religieuse, politique et philosophique.
C’est un texte rédigé sous l’allure d’un conte pour échapper à la censure. Sous le voile de la fiction, se profile la satire saillante de l’auteur.
Voltaire n’a pas théorisé ni défini d’une manière explicite sa pratique du conte philosophique. Cependant, nous pouvons souligner une forme de définition dans sondernier conte Le Taureau blanc paru en 1774.
En effet il avance sous la voix d’Amaside : « Je veux qu’un conte soit fondé sur la vraisemblance, et qu’il ne ressemble pas toujours à un rêve. Je désire qu’il n’ait rien de trivial ni d’extravagant. Je voudrait surtout que, sous le voile de la fable, il laissât entrevoir aux yeux exercés quelque vérité fine qui échappe au vulgaire »
Voltaire a choisice genre pour livrer au public ses réflexions et commentaires sur la société de son époque.
L’attitude qui domine dans presque tous ses contes est celle de détruire les préjugés et d’arriver à une pensée littéraire plus juste. La quête de nouvelles valeurs peinte dans ses œuvres tente à remettre en cause la monarchie, questionner sur la religion et les fondements de la morale, problématiser lestatut de l’être humain dans la société et viser à un changement des mentalités de la société française.
En effet dans ses contes, l’être humain occupe une place prépondérante. Conforme à la pensée dominante le siècle des Lumières, Voltaire dénonce au nom de la raison et des valeurs morales les oppressions et les injustices qui persistent à son époque.
A travers une continuité narrative,Voltaire confronte ses personnages à des massacres et tortures servant à illustrer ses pensées philosophiques. Les êtres humains subissent les supplices dans leurs corps.
La géhenne corporelle s’imbrique dans tous les contes voltairiens.
Cette hégémonie de souffrance corporelle est haute notamment dans son conte Candide, écrit en 1759, reconnue unanimement comme le « chef-d’œuvre » voltairien et œuvresymptomatique de la critique de la société entreprise au 18éme siècle.
Pourquoi avoir choisi Voltaire et Candide particulièrement ?
Le choix de Voltaire et de Candide est tissé depuis notre enseignement secondaire. Cette œuvre a son incidence sur notre vécu : elle se résume à la fois comme le premier livre tenu entre nos mains et l’œuvre qui nous a amenés à découvrir la littérature.
En effet,il nous a été donné, lors d’une séance d’Histoire portant sur la révolution française de 1789 et la contribution des œuvres littéraires de ce siècle à sa concrétisation, de lire Candide de Voltaire.
Suivant ce conseil, il nous a été donné de toucher et de sonder la pensée et le style de Voltaire.
S’éloignant un peu de l’Histoire et focalisant sur le côté littéraire de Candide, nous avons étéaimantés par la vision ambiguë que présente Voltaire du corps humain.
Il était ainsi tentant d’entreprendre une réflexion à la lumière de ce conte philosophique sur ce paradoxe caractérisant le corps humain.
L’œuvre voltairienne a jouit d’une multitude exubérante de recherches et critiques pesée et nécessité par les meilleurs spécialistes de l’œuvre de Voltaire : en premier lieu « André Magnan »et en second lieu « Christiane Mervaud ».
Toute en cherchant à tirer gain de ces réflexions, il fallait pointer dans ce mémoire de recherche une interrogation qui n’a pas été décemment visitée. Certes que dans son œuvre, Voltaire s’oppose à l’optimisme. A travers une suite d’événements très agités, Candide, disciple de la pensée optimiste de Pangloss, change de tendances philosophiques et...
tracking img