Candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (303 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Candide, ou l’Optimisme est un conte philosophique de Voltaire paru à Genève en janvier 1759. Il a été réédité vingt fois du vivant de l’auteur (plus de cinquanteaujourd’hui) ce qui en fait un des plus grands succès littéraires français.

Candide porte le titre complet de Candide ou l'Optimisme, traduit de l'allemand de Monsieur le DocteurRalph et n'est pas, de prime abord, officiellement attribué à Voltaire. Cette œuvre, ironique dès les premières lignes, ne laisse aucun doute sur l’origine de l’auteur, qui nepouvait qu'être du parti des philosophes : « Les anciens domestiques soupçonnaient que [Candide] était fils de la sœur de monsieur le baron et d'un bon et honnête gentilhommedu voisinage, que cette demoiselle ne voulut jamais épouser parce qu'il n'avait pu prouver que soixante et onze quartiers, et que le reste de son arbre généalogique avait étéperdu par l'injure du temps. »[1]

On perçoit immédiatement, dans la fin de ce premier paragraphe de l'œuvre, le sarcasme moquant le conservatisme social de la noblessearrogante, certes tel que Molière un siècle plus tôt le pratiquait aux dépens de la petite aristocratie provinciale[2], mais surtout annonçant le Figaro de Beaumarchais : « Sile Ciel l'eût voulu, je serais fils d'un prince. »[3] De cette première pique, manière de revanche sur l'humiliation infligée en 1726 par les laquais du chevalier deRohan-Chabot qui lui donnèrent la bastonnade, jusqu'à suspecter Voltaire, doyen des Philosophes au moment de la parution, d'être l'auteur de ce conte, pour le lecteur du XVIIIe siècleil n’y a qu’un pas. Candide est également un récit de formation, récit d'un voyage qui transformera son héros éponyme en philosophe, un Télémaque d'un genre nouveau.
tracking img