Candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3987 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
JEAN-JACQUES ROUSSEAU OU L'EXPERIENCE AUTHENTIQUE DE SOI
Le XVIIIè siècle ne peut être qualifié de "siècle des Lumières", que pour une partie ou un aspect de sa culture. Au sein même de ce monde intelligible, les valeurs et les attitudes qui s'imposent, refoulent à l'arrière plan un certain nombre d'exigences insatisfaites. Tout au long du siècle, on peut discerner une ligne de force, selonlaquelle se poursuit la résistance à l'intellectualisme dominant. L'individu n'accepte pas de se laisser enfermer et réduire à une seule dimension. Il affirme son irréductibilité. Il ne veut pas se laisser définir par son seul intellect. La formule "je suis un moi" revêt la signification d'une revendication quasi absolue de la subjectivité. "Le moi" se refuse à toute identification réductrice. Iltient en échec, par toutes les vertus de son libre arbitre, toutes les prétentions de l'intelligibilité scientifique. "L'homme se sait et se veut un être de chair, un être de sentiment, et non pas seulement une faculté de juger selon des normes rigoureuses importées de la province scientifique." []
La personne revendique sa propre appartenance, et s'affirme à la recherche d'un équilibre, entre lesdivers aspects de son être. Elle s'oppose au nivellement imposé par l'ordre scientifique et social, qui refuse de prendre en considération sa singularité. Pour les âmes sensibles, la vérité intellectualiste des Lumières n'est pas une vérité à visage humain. Celle-ci propose de l'homme une image réductrice. La conception rationnelle, qui s'efforce de donner de toutes choses une explication positiveet logique, ne peut suffire à tout éclairer et tout comprendre.
"L'excès des Lumières dans l'éblouissement des vérités de la raison, suscite un véritable aveuglement." [2]
L'être éprouve la nécessité de rechercher en lui-même sa propre vérité. Il ne veut pas rester étranger à lui-même et tourner le dos à sa propre réalité. L'objection de la conscience affirme la priorité de l'espace du dedans.Le retour sur soi s'impose comme refuge, face à l'objectivité des faits et des normes, répandues par l'esprit des Lumières. "Le siècle des Lumières se heurte à sa limite et découvre la nécessité de se dépasser". [3]
Ainsi s'opposent à l'homme des Lumières, pour qui seul le monde extérieur existe, tous ceux qui maintiennent le primat de l'intimité. Une autre vérité de l'homme se fait jour, celle dela spontanéité intime du sentiment L'idée d'une logique double chez l'être se dessine. L'identité de l'homme a pour soubassement, la complémentarité des perspectives de la présence au monde, et de la présence à soi-même. Il y a danger "d'aliénation intellectualiste" si le moi se laisse dominer par les normes de l'objectivité. Le cœur a ses raisons, le droit de valeur des sentiments s'impose.Rousseau , affirme nettement la priorité des données de l'être intime, en tant que fondement de toute présence au monde : "Exister pour nous, c'est sentir; notre sensibilité est incontestablement antérieure à notre intelligence et nous avons eu des sentiments avant des idées". [4]
La ligne du cœur traverse le siècle intellectualiste et ne cesse de se faire entendre. Elle se confond parfois avec laligne de la foi. Cette  influence se transporte jusque dans le domaine du roman. Le Télémaque de Fénelon, fait état de la libre disposition du cœur, chez son auteur; les Rêveries du promeneur solitaire de Rousseau, attestent des libres impulsions du sentiment.
Ainsi, la voie est ouverte qui mène sur les chemins de l'espace du dedans, dès la seconde moitié du XVIIIè siècle. L'expériencespirituelle, prend le pas sur l'expérience de la physique expérimentale. La philosophie du sentiment déchiffre l'univers extérieur, à partir des catégories et des structures du monde intérieur.
Cet ordre de la sensibilité libère l'existence individuelle des contraintes normatives et autres impératifs catégoriques, dont elle était prisonnière. L'éthique du sentiment suggère à chacun de se comporter, selon...
tracking img