Candide

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 16 (3882 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercherLa Princesse de Clèves


Édition princeps


--------------------------------------------------------------------------------

Auteur Marie-Madeleine de La Fayette
Genre Roman
Pays d'origine France
Lieu de parution Paris
Éditeur Claude Barbin
Date de parution 1678
La Princesse de Clèves est unroman publié anonymement par Marie-Madeleine de La Fayette en 1678. Il s’agit d’un roman historique, puisque écrit au XVIIe siècle et se déroulant au XVIe siècle. Cette œuvre est considérée comme le premier roman moderne de la littérature française et comme un des premiers romans d’analyse.

Tournant dans l’histoire du roman à la période classique, il marque l’affirmation en littérature de laplace des femmes dans la vie culturelle du XVIIe siècle. Avec la Princesse de Clèves, chef-d’œuvre de la préciosité classique, Marie-Madeleine de La Fayette, grande lectrice de Madeleine de Scudéry, se fait la digne représentante des idées « précieuses » véhiculées dans le salon de la marquise de Rambouillet, qu’elle fréquentait assidûment.

Sommaire [masquer]
1 Sujet
2 Analyse de l'œuvre
2.1Éléments historiques du roman
2.2 Influences
2.2.1 Préciosité
2.2.2 Jansénisme
2.2.3 Libertinage
3 Réception de l’œuvre
4 Notes et références
4.1 Références
4.2 Notes
5 Bibliographie
6 Adaptations au cinéma
7 Liens externes


Sujet [modifier]
L’action se déroule, entre octobre 1558 et novembre 1559, à la cour du roi Henri II.

Mademoiselle de Chartres, jeune fille deseize ans élevée par sa mère selon de rigoureuses règles de morale, paraît pour la première fois au Louvre. Le prince de Clèves, ébloui par sa beauté, la demande en mariage. Mademoiselle de Chartres accepte ce mariage de raison. Plus tard, la Princesse de Clèves rencontre M de Nemours, un coureur de jupons. Naît entre eux une passion immédiate et partagée, à laquelle sa mère, Madame de Chartres laconjure de renoncer : « Ne craignez point de prendre des partis trop rudes et trop difficiles, quelque affreux qu’ils vous paraissent d’abord : ils seront plus doux dans les suites que les malheurs d’une galanterie. »

Le roman décrit avec beaucoup de minutie les étapes du sentiment amoureux chez les trois personnages, ses effets sur leur comportement et la lutte de la princesse pour ne pastrahir les préceptes maternels.

Analyse de l'œuvre [modifier]
Éléments historiques du roman [modifier]
Dans ce roman on trouve quelques descriptions de personnages historiques :

Jacques de Savoie-Nemours (1531-1585), fils du duc Philippe de Savoie-Nemours, petit-fils du duc Philippe II de Savoie et cousin germain du roi François Ier de France : « Ce prince était un chef-d’œuvre de la nature; ce qu’il avait de moins admirable, c’était d’être l’homme du monde le mieux fait et le plus beau. Ce qui le mettait au-dessus des autres était une valeur incomparable, et un agrément dans son esprit, dans son visage et dans ses actions que l’on a jamais vu qu’à lui seul ; il avait un enjouement qui plaisait également aux hommes et aux femmes, une adresse extraordinaire dans tous ses exercices,une manière de s’habiller qui était toujours suivie de tout le monde, sans pouvoir être imitée, et enfin un air dans toute sa personne qui faisait qu’on ne pouvait regarder que lui dans tous les lieux où il paraissait. »
Marguerite de Valois (1523-1574), fille de François Ier, roi de France et de la reine Claude de France : « Cette princesse était dans une grande considération par le créditqu’elle avait sur le roi, son frère ; et ce crédit était si grand que le roi en faisant la paix, consentait à rendre le Piémont pour lui faire épouser le duc de Savoie. Quoiqu’elle eût désiré toute sa vie de se marier, elle n’avait jamais voulu épouser qu’un souverain, et elle avait refusé pour cette raison le roi de Navarre, lorsqu’il était duc de Vendôme, et avait toujours souhaité M. de Savoie ;...
tracking img