Cantatrice chauve

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1239 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Dissertation

Dans l’univers de la philosophie, il existe plusieurs courant de penser. C’est école de penser son baser sur la logique et la raison. Il arrive parfois que ces écoles de sont pas en accord et c’est a ce moment la que nous somme porter à nous demander qui a réellement raison. Qu’elle est la vraie vérité et qu’elle est la vraie façon de penser. Plusieurs question on déjà été posermais peu on eu des réponses. Parmi celle-ci nous débattrons d’une question bien précise. Faut-il juger une action par ses effets (conséquences) ou par l’intention de son agent ? A l’aide de deux école de penser, l’utilitarisme et la déontologie, nous tenterons de faire ressortir l’école qui es plus près de la vérité.

Pour commencer, l’utilitarisme vient du mot utilité qui est un synonyme dubonheur collectif, c'est-à-dire de la collectivité, du monde qui nous entoure. Cet école de penser est porté à croire que nous devrions «  juger la valeur morale d’une action selon ses effets ». En effet, cette école de penser croit simplement qu’une bonne action est « une action qui apporte le plus de bien être, a plus de personne ». Jeremy Bentham, fondateur de cette théorie a même été en mesured’appuyer se qu’il avançait avec un calcul d’utilité. Il mesure tout cela par rapport en conséquence positif et négatif. Simplifier, tout cela veux simplement dire qu’il se base sur sept critères tel que l’étendu de l’impact (combien de personne atteint-il), la durée de cet action, l’intensité du bonheur, et quelque autres facteur pour ensuite les placer sur une balance et voir qu’elle coter, positifou négatif, l’emporte. Sur ces point parfaitement logique, cette façon de penser est vrai mais pas complètement. Il est vrai de dire que si par exemple nous donnerions de l’argent a plusieurs pauvre, ceux-ci serai bien heureux. Mais dans un autre cas ou par exemple un professeur nous donnerai les réponses a un examen de fin de session et que nous passerions tous a 100%. Il est vrai que l’élève dela classe sera heureux mais il sera parfaitement injuste envers les autres étudiants qui n’ont pas eu accès à ce privilège et donc par conséquence cet acte est injuste et donc sur une base d’égalité de droit, cet acte sera mal et donc faux. Sur la balance, il y aurait eu bien plus d’impact négatif que de positif, bien que ce geste fût fait dans le but de rendre les élèves heureux. Dans l’immédiatil n’y aurait pas de problème à donner les réponses aux étudiants. Mais étant donner que l’utilitarisme se base sur tout les impacts présent et future, cet acte est mauvais puisqu’a long terme, les étudiants n’apprenne rien et éprouverons de la difficulté aux prochaines sessions. Jusqu'à la l’utilitarisme est fiable en prouvant que cet acte est mauvais mais les failles se trouve dans l’impact denotre geste car pour l’utilitarisme le vrai bon geste est celui qui a beaucoup plus d’impact sur la collectivité. Donc si je donnerai de l’argent a un pauvre et que mon voisin en donne a plusieurs pauvre son geste serai mieux vu aux yeux de monsieur Bentham puisque qu’il a plus d’impact que le mien.
Ensuite, La déontologie est un code d’éthique et de savoir faire qui détermine la porte de notreliberté individuelle et collectif et la méthode de faire les choses correctement. Selon cet école de penser, « la bonne action est celle qui est jugé sur une base de valeur morale d’une action selon l’intention de l’agent ». Donc l’intention de la personne qui commet un geste est primordiale pour la déontologie. Aussi, l’action moralement bonne, est celle qui  « respecte les devoir absolu del’être humain ». En sommes, elle comporte des limite entre les individus un peu come l’expression «la liberté de l’un commence la ou celle de l’autre termine ». Cet approche est très plausible car elle est baser sur une logique et non pas de résonnement morale. « Si mon geste fait mal a quelqu’un alors c’est mal » si mon geste peu aider quelqu’un alors c’est bien. Par exemple si je décide de...
tracking img