Capital et investissement

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1171 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 janvier 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
- Investissement : opération réalisé par un agent économique consistant à acquérir des moyens de production ce qui représente une augmentation de son capital technique, il s’agit d’un flux venant augmenter le stock de capital ou remplacer le capital usé.

- INSEE utilise FBCF (I matériels, immatériels, infrastructures construites) pr calculer l’I & les ménages I seulement pr l’achat d’unlogement & SNF + E.I. = plus de la moitié de la FBCF & les ménages = plus du quart & administrations publiques = 3ème position.
Les SNF et E.I. produisent services marchands ≠ SF collectent et prêtent argent ≠ APu prod services non marchands et financés par prélèvements obligatoires.

- Entre 90 et 94, l’I baisse mais il a augmenté entre 85 et 2000 (+15%).
Taux d’I : il mesure la part de VAconsacrée a la FBCF, entre 78 et 97 il a baissé et entre 98 et 2001 il a augmenté.

- I matériel : I physique ‘machines, bâtiments, véhicules…)
I immatériel : dépenses qui vont avoir un effet durable sur la prod mais qui ne se concrétise pas par l’augmentation des biens matériels dont disposent l’E. (logiciels, pub, formation…)
On sait que la part pr la formation a stagné, ce n’est doncpas une priorité ≠ pub

I immatériel de remplacement :
remplacer matériel usé par matériel identique I de productivité :
remplacer matériel par I de capacité : 
matériel plus performant achats matériel(2 I peuvent se compléter) supp.

- I net : I nouveau = I brut : total I – amortissement : somme mise de coté par E.

- Taux de capacité de prod : pourcentage de machines utilisées par E.
Quand la croissance baisse, le taux baisse = corrélation entre tx I et tx capacités de prod, idem quand tx capacité prod élevé,tx I fort (ttes machines utilisées donc I pr machines supp) et inversement. Mais, quand demande reprend, tx capacité prod n’augmente pas de suite car E attendent de voir la tendance.

- E doit I pr rester compétitive, gagner parts marchés ; Compétitivité des prix : baisse des prix grâce I de productivité ≠ compétitivité hors-prix : faire valoir qualité pdt.
L’E va I si elle pense que ca valui être rentable.

- Taux de marge : c’est ce qui reste à l’E une fois qu’elle a enlevée ses charges (impôts, salaires, cotisations) de sa VA. S’il est élevé, l’E a des ressources importantes donc forte capacité d’autofinancement, elle va donc être amenée à I, il y a donc un lien entre taux de marge et I.

- Profitabilité : écart entre le rendement du capital ds l’E (mesuré par larentabilité) et le rendement moyen d’un placement financier (mesuré par tx d’intérêt réel).
Il permet de savoir si l’E doit I ou si elle doit placer : profitabilité + = I ≠ profitabilité - = épargne. Il y a une relation entre tx rentabilité et tx I, c’est l’effet de levier.

Donc plusieurs paramètres avant d’I :

-situation financière E
-tx d’intérêt
-morale chefs E
-demande et croissance-utilisation capacités prod

- Le financement de l’I : l’épargne
Agents économiques à capacités de financement = ménages
Agents économiques à besoin de financement = E marché des
capitaux = offre etdemande

Sur ce marché se rencontrent épargne ménages et besoins de financement E = si concurrence parfaite, tx d’intérêt équilibre le marché => si épargne abondante, tx intérêt faible car moins rare ≠ épargne rare, tx intérêt haut. Rq : il est possible pr une banque prêter argent qu’elle n’a pas = création monétaire....
tracking img