Capital humain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1260 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Partie 1 : Économie générale synthèse

1ère partie : Les apports de la théorie du capital humain au point de vue du salarié, de l’entrepreneur et de la nation.

La théorie du capital humain a été développée en 1964 par Gary Becker. On constate depuis de nombreuses années que le salarié prend de plus en plus d’importance au sein de l’entreprise, celle-ci cherchant de plus en plus à le motiveret à favoriser son épanouissement au travail. La ponctualité, la discipline, le respect de la parole donnée, la créativité, l’autonomie, l’esprit d’initiative et d’équipe rentre en compte. En effet, ces caractéristiques sont indispensables au bon fonctionnement de la société mais aussi à une production de qualité, elle s’acquiert au long d’un apprentissage sociale simple et complexe.
L’hommeacquiert en tout premier lieu des connaissances grâce à la formation générale c’est-à-dire son éducation. Or, tous les individus ne sont pas égaux devant la possibilité d’acquérir des connaissances. Ce qui implique une plus grande vulnérabilité des individus face aux chômages si ceux-ci détiennent un capital peu élevé. Cette aggravation de la situation de l’emploi se traduit par une augmentation durythme d’accumulation du capital humain. L’individu au chômage va avoir recours à diverses formations pour palier aux manques de compétences. Le capital humain et le chômage connaissent des évolutions parallèles. La santé morale et physique rentre aussi en ligne de compte, l’absentéisme désorganise la production, l’usure physique et morale oblige l’employeur à former de nouveaux salariés.L’entreprise procède à des investissements monétaires tels l’achat d’éducation et de biens ou non monétaires comme la perte de temps et attend que ceci soit rentabilisé.
Cette rentabilité prend la forme d’un salaire plus élevé lors de son entré dans la vie active.
L’individu cherche à optimiser ses dépenses d’éducation et à égaliser leur coût marginal avec la productivité marginale. Les effectifs del’entreprise s’établissent au niveau ou la productivité marginale du travail est égale au salaire du marché.
Toutefois, le salaire constitue une charge pour l’entreprise évaluée par le niveau d’étude de l’employé et non sa productivité.
L’entreprise peut également accroître son capital humain en proposant a ses salarié une formation professionnelle continue. Cette formation a pour but d’accroître etde compléter les connaissances du personnel mais surtout cella permet a l’entreprise de devenir plus compétitive du fait de la hausse de la productivité.
Dans l’exercice comptable une partie du capital est prise en compte sous formes de salaires versé aux employés qui constituent une charge pour l’entreprise qui apparait au compte de résultat. A ces salaires on peut y ajouter les dépenses deformation et de recrutement. Les formations sont prises en compte au point de vue des dépenses et non pas des recettes.
On constate que le capital humain désigne un ensemble de connaissance apprises par l’individu afin d’accroitre sa productivité. Chaque individu est propriétaire d’un certain nombre de connaissances qu’il valorise en les vendant sur le marché du travail.

Au point de vue de lanation, on peut s’intéresser au capital social donc au rôle de la famille dans la formation de ce capital qui est une institution importante. Ainsi, le marché du mariage, du divorce, du taux de fécondité sont devenus des variables dans ce modèle. Pour Becker, les décisions touchant ces comportements peuvent être expliquées dans le cadre conceptuel des couts et gains marginaux. Il s’intéresse aussi al’impact du salaire réels élevé sur « la valeur temps » et donc sur le cout de la production domestique comme l’éducation des enfants. Comme les femmes ont augmenté leur investissement en capital humain et entrent davantage sur le marché du travail. Le cout d’opportunité de l’éducation d’un enfant augmente. De plus, l’augmentation de la profitabilité de l’éducation en tant qu’investissement...
tracking img